• Consultations sur RDV
  • Sans complaisance
  • A distance
  • A domicile
Accueil » MESSAGES MEDIUMNIQUES » 30/04 : L'indulgence

30/04 : L'indulgence

Publié le 30 avril 2022 à 08:03

Message 1 :

 

Spirites, nous voulons vous parler aujourd’hui de l’indulgence, ce sentiment si doux, si fraternel que tout homme doit avoir pour ses frères, mais dont bien peut font usage. L’indulgence ne voit point le défauts d’autrui, ou si elle les voit, elle se garde d’en parler, de les colporter ; elle les cache au contraire, afin qu’ils ne soient connus que d’elle seule, et si la malveillance les découvre, elle a toujours une excuse prête pour les pallier, c’est-à-dire une excuse plausible, sérieuse, et rien de celles qui, ayant l’air d’atténuer la faute, la font ressortir avec une perfide adresse.

L’indulgence ne s’occupe jamais des actes mauvais d’autrui, à moins que ce ne soit pour rendre un service, encore a-t-elle soin de les atténuer autant que possible. Elle ne fait point d’observation choquante, n’a point de reproches aux lèvres, mais seulement des conseils, le plus souvent voilés. Quand vous jetez la critique, quelle conséquence doit-on tirer de vos paroles ? C’est que vous, qui blâmez, n’auriez pas fait ce que vous reprochez, c’est que vous valez mieux que le coupable ? Ô Hommes ! quand donc jugerez-vous vos propres cœurs, vos propres pensées, vos propres actes, sans vous occuper de ce que font vos frères ? Quand n’ouvriez-vous vos yeux sévères que sur vous-mêmes ?

Soyez donc sévères envers vous, indulgents envers les autres. Songez à celui qui juge en dernier ressort, qui voit les secrètes, pensées de chaque cœur, et qui, par conséquent, excuse souvent les fautes que vous blâmez, ou condamne ce que vous excusez, parce qu’il connaît le mobile de tous les actes, et que vous, qui criez si haut : anathème ! auriez peut-être commis des fautes plus graves.

Soyez indulgents, mes amis, car l’indulgence attire, calme, redresse, tandis que la rigueur décourage, éloigne et irrite.

 

 

 

Message 2

Chers amis, soyez sévères pour vous-mêmes, indulgents pour les faiblesses des autres ; c’est encore une pratique de la sainte charité que bien peu de personnes observent. Tous, vous avez de mauvais penchants à vaincre, des défauts à corriger, des habitudes à modifier ; tous vous avez un fardeau plus ou moins lourd à déposer pour gravir le sommet de la montagne du progrès. Pourquoi donc être si clairvoyants pour le prochain et si aveugles pour vous-mêmes ? Quand donc cesserez-vous d’apercevoir dans l’œil de votre frère le fétu de paille qui le blesse, sans regarder dans le vôtre la poutre qui vous aveugle et vous fait marcher de chute en chute ? Croyez-en vos frères les Esprits. Tout homme assez orgueilleux pour se croire supérieur en vertu et en mérite à ses frères incarnés est insensé et coupable, et Dieu le châtiera au jour de sa justice. Le véritable caractère de la charité est la modestie et l’humilité qui consistent à ne voir que superficiellement les défauts d’autrui pour s’attacher à faire valoir ce qu’il y a en lui de bon et de vertueux ; car si le cœur humain est un abîme de corruption, il existe toujours dans quelques-uns de ses replis les plus cachés le germe de quelques bons sentiments, étincelle vivace de l’essence spirituelle.

Spiritualité, doctrine consolante et bénie, heureux ceux qui te connaissent et qui mettent à profit les salutaires enseignements des Esprits du Seigneur ! Pour eux, la voie est éclairée, et tout le long de la route, ils peuvent lire ces mots qui leur indiquent le moyen d’arriver au but ; charité pratique, charité de cœur, charité pour le prochain comme pour soi-même ; en un mot, charité pour tous et amour de Dieu par-dessus toute chose, parce que l’amour de Dieu résume tous les devoirs, et qu’il est impossible d’aimer réellement Dieu sans pratiquer la charité dont il fait une loi à toutes ses créatures.

 


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.