• Consultations sur RDV
  • Sans complaisance
  • A distance
  • A domicile

Texte psychographié : obsession et parasitage partie 3

Publié le 7 août 2022 à 08:31

Oui, nous vous parlerons de ce que nous avons appris lorsque la mort est venue nous rappeler dans un plan spirituel.
Effectivement, l’obsession est une réalité qu’on y croit ou non importe peu, mais en étudiant les lois qui régissent les rapports spirituels aux rapports corporels, l’obsession peut et doit être étudiée.
Il y a d’abord l’animisme : c’est l’obsession d’un être humain incarné dont la
personnalité qu’il a eu dans une incarnation précédente vient perturber son équilibre psychique, et lui faisant un rappel sur des périodes qui ont été relativement importantes pour lui.
Il y a ensuite l’auto-obsession : des images et des ressentis viennent dans la
conscience perturber l’être car sa conscience n’est pas claire et des actes délictueux se manifestent alors qu’ils sont dans le passé récent.
Il y a aussi la possession partagée : c’est l’influence consciente ou inconsciente d’un esprit sur un être humain qui partage le même vice, la même addiction…la liste est longue…l’alcool, la drogue, le sexe malsain, les jeux d’argent, l’excès, la violence, la médisance, l’orgueil, bref…tous les vices partagés.
Souvent, l’incarné est dans l’acceptation de cette complicité.
Enfin, l’obsession spiritale, c’est-à-dire d’un esprit désincarné sur un esprit incarné.
Les causes sont diverses : soit une addiction dans la possessivité, soit la vengeance, soit tout simplement, une osmose entre deux complices.
Il est temps que la science spirite vienne informer de ces états de fait et le meilleur moyen de ne pas être manipulé, c’est d’appliquer l’enseignement spirite (prières, bonnes vibrations, études).
En se réformant, vous pouvez aider aussi beaucoup d’esprits à réformer.
Soyez sûrs que chacune, chacun trouvera un jour la force, la conscience, la volonté d’avancer vers l’Amour du divin.
Soyez de bons élèves, réfléchissez à notre enseignement et appliquez les
conséquences morales et philosophiques qui en découlent.
Bon courage ! 


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.