• Consultations sur RDV
  • Sans complaisance
  • A distance
  • A domicile
Accueil » Blog » Extrait de mes conversations spirites : aide spirituelle

Extrait de mes conversations spirites : aide spirituelle

Publié le 18 juillet 2022 à 08:39

De façon anonyme évidemment, 

(M : moi, G : guide, E : esprit)

 

G - Bonsoir ma soeur.

M - Je vais tout d'abord confier l'esprit prénommé Sarah. Peux-tu me dire si cet esprit peut venir et comment il se trouve ?

G- L'aide a été providentielle pour cette sœur et je peux t'assurer que les prières, les souhaits y sont grandement pour quelque chose. De part et d'autre sur le plan terrestre aussi bien que sur le plan céleste chacun a accompli son acte d'amour pour aider à trouver le calme, la paix, le détachement, l'espoir aussi, la force pour comprendre que la vie n'est pas uniquement terrestre. Alors, doucement, a soufflé l'espérance dans son cœur et ce grand élan d'amour s'est communiqué peu à peu à elle doucement, la berçant avec amour, elle dans sa faiblesse et les familiers dans leur force, et sa famille dans son action d'aider, d'aimer et de continuer son action de la porter. Aujourd'hui doucement, elle se rétabli dans la joie, l'espérance comme je te l'ai dit et le calme créé par la compagnie de mes compagnons sur le plan céleste. Il reste encore beaucoup de progrès à accomplir mais la tâche d'entraide a été là et perdure.

M- Peut-elle venir me parler maintenant ?

G- Elle se rapproche dans la force et le courage que chacun lui a communiqué.

M- Elle est encore faible aujourd'hui ?

G- Elle est joyeuse, heureuse, contente.

M- A quoi était due cette faiblesse au départ ?

G- Elle a besoin de se grandir et de comprendre toute cette chaine de solidarité qui existe et qui permet les progrès de chacun. La grandeur de l'âme s'accomplit dans ses forces qui se développent, dans les épreuves qu'elle traverse et qui sont à chaque fois une belle opportunité de se grandir.

M- Tu peux venir nous parler maintenant.

E- Je me sens terriblement émue, je ne comprends pas tout mais je crois que c'est un peu trop tôt pour que je revienne ; j'ai tellement de travail encore à faire ici. Mais je ne reviens pas ?

M- Où veux-tu revenir ? T'incarner ?

E- Oui, c'est ce que vous me demandez, de revenir ?

M- Non, nous te demandons simplement de nous dire comment tu es, de transmettre un message à ta famille, à ta maman, afin de les rassurer.

E- Ah, je n'avais pas compris. Je trouvais que c'était un peu tôt pour revenir. Alors si c'est juste un message, un petit coucou tu veux dire ?

M- C'est cela oui.

E- Alors là je suis bien heureuse, dis lui.

G- Elle t'écoute.

E- Tu sais, le travail se fait, j'évolue doucement, je n'avais pas tout compris, je crois que de ce côté je me grandis et tout ce que je n'avais pas appris, je l'apprends maintenant. Je crois que c'est là, je crois que la vraie vie est là. Entourée de mes frères, de mes sœurs, pas les mêmes que nous avions sur terre, maman, non, des gens bienveillants qui me soutiennent, qui m'épaulent, qui me font grandir et qui m'apprennent la vraie vie : le partage, le soutien de l'autre, l'écoute de l'autre. Mon passage sur terre a été un peu court, je n'ai pas pu tout apprendre, donc je travaille maintenant. L'aide que vous m'apportez, le soutien que vous m'apportez, l'amour, oui c'est ça, c'est l'amour le moteur de tout. Continuons à nous aimer tous. Je resterai là, pas loin c'est vrai, mais tu sais, j'ai encore tout à apprendre.

M- Pourquoi as-tu quitté notre terre aussi tôt ?

E- C'était difficile, je ne peux même pas en parler, c'est douloureux. J'ai peiné, ce n’était pas un choix complètement de ma part, j'ai manqué de courage puisque je n'ai pas suffisamment lutté. Est-ce qu'à ce jour je dois m'en excuser ? C'est pour ça qu'on m'a fait revenir ?

M- Non, pas pour ça, retrouve ton calme, ta sérénité.

E- J'étais heureuse là où je suis actuellement, j'étais plus légère. Là je sens comme un poids qui me retombe dessus.

M- Tout le monde est là pour t'aider à te grandir, pour te soutenir pour passer ce cap difficile, pour te rétablir dans tes pensées, dans l'amour que tu reçois, dans celui que tu donnes et que tu as donné.

E- J'ai du faire de la peine, c'est ça ? Je ne me souviens pas vraiment si la vie sur terre a été source d'angoisse, est-ce que j'ai fait du tort ? A ce jour je ne peux plus te dire, j'ai oublié, j'ai oublié. Je sens juste qu'en me rapprochant de vous tous, j'ai comme un gros poids de nouveau. Est-ce que c'est de la culpabilité, est-ce que c'est de la tristesse, est-ce que c'est de la peine que j'ai fait à ma mère ? Je n'en ai plus qu'un vague souvenir. Si c'est cela je lui demande pardon, je ferai en sorte d'évoluer et de pouvoir, de par mes pensées d'amour pour elle et ma famille, leur renvoyer de l'apaisement peut-être et si je dois pardonner, si je dois me faire pardonner, dites lui bien que je reviendrai dans de meilleures conditions, pour qu'à ce jour je puisses lui apporter la plénitude, le calme et la sérénité qu'elle n'a peut-être pas eu en me gardant auprès d'elle. S'il te plait demande lui pardon de ma part.

M- Oui, elle t'entend, elle t'a pardonné, elle prie pour toi, elle t'aime, elle t'envoie de bonnes pensées. Et ce que tu ressens chaque jour un peu plus, cet amour qui t'es donné aussi bien en provenance de notre terre que des frères qui t'entourent sur le plan céleste. C'est de cet amour que tu dois t'entourer. C'est avec cet amour que tu dois continuer ce chemin, sans regret et avec l'envie d'apprendre, de te grandir, d’évoluer dans la sagesse, dans la compréhension de la préciosité de la vie, dans la préparation que tu auras pour revenir quand tu seras prête seulement, c'est tout cela que tu dois apprendre, avec cette loi de réincarnation qui nous permet de renaitre à nouveau et de progresser. C'est ce que tu es en train d'apprendre, en train d'acquérir, c'est ce qui va te rendre forte. C'est cette connaissance également qui rendra forte ta famille qui prie pour toi. La vie, les vies ne sont qu'un long chemin d'évolution, chacun a ses épreuves, chacun a ses erreurs, personne n'est à blâmer, personne n'est jugé et tu n'es pas jugée non plus, car tu te grandis maintenant, et de cela tu peux en être fière, et continuer ton chemin avec sérénité.

E- J'étais venue toute guillerette, toute légère et là je dois dire que les frères qui m'accompagnent me disent qu'il est grand temps de repartir, je me sens lourde.

M- Retourne auprès des frères maintenant.

E- Serait-ce les conséquences du fait que je vous ai quittés, mais je me sens beaucoup moins légère, j'ai l'impression d'avoir grandi, voilà, et d'avoir des responsabilités que je n'avais pas en partant. Je crois que c'était peut-être une prise de conscience que je devais acquérir auprès de vous, en revenant.

M- Il fallait que tu comprennes la valeur de chaque geste de la vie, de chaque pensée, de chaque acte, que tu en comprennes les conséquences, afin que tu comprennes la grandeur de la vie, cette nécessité de la préserver, cette nécessité d'aimer son prochain. Tout cela tu es en train de le comprendre, ce qui te permettra d'aller plus loin maintenant de te rapprocher pas à pas de la lumière que te montrent les frères, de ce chemin que tu as à parcourir, de toute cette compréhension qui était nécessaire afin de revenir plus forte, un jour, dans une nouvelle incarnation. Tu sais que tu en as la force et le courage, que tu es bien entourée et que maintenant tu vas avancer.

E- Oui, je suis bien entourée, oui, et en quelque sorte, oui, je m'y engage à progresser, oui, je m'y engage. Je te remercie pour l'aide que tu m'as apportée, tu m'as ouvert les yeux, tu m'as ouvert le cœur, même si je repars lourdement chargée, je veux te dire lourdement chargée, mais je te quitte avec cette petite flamme qui devrait, si je comprends bien tout ce que tu m'as dit, grandir, éclairer mes pas, me grandir moi-même. Je suis épuisée par tout ce travail qui m'attend.

M- Mais à chaque pas que tu accompliras ton fardeau s'allègera. Je te dis au revoir maintenant.

E- Moi aussi, je te dis au revoir, merci.

 

 

 

 


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.