• Consultations sur RDV
  • Sans complaisance
  • A distance
  • A domicile
Accueil » Blog » Le périsprit, pendant la grossesse (partie 2)

Le périsprit, pendant la grossesse (partie 2)

Publié le 29 juin 2022 à 10:35

 

1.        INTRODUCTION

L’être vivant est constitué de plusieurs corps plus ou moins matériels qui s’interpénètrent et sont liés intimement entre eux.

 

Il peut être divisé en quatre éléments distincts:

1-    Un principe spirituel individualisé que l’on appelle « monade » ou « étincelle divine » dans les êtres inférieurs, et « Esprit » dans l’être humain. Le principe spirituel agit au travers d’un principe mental. C’est lui qui commande et dirige les autres corps pour sa propre évolution.

2-    Un corps spirituel (périsprit - psychosoma), construit par l’Esprit au travers duquel le principe intelligent s’exprime.

3-    Une forme de fluide universel qui relie le corps spirituel au corps physique que l’on appelle le fluide vital ou corps vital.

4-    Le corps physique constitué de la matière de notre plan de vie matériel terrestre.

 

 

Représentation schématique des différents éléments de l’Esprit Incarné

(Corps physique, corps vital, corps spirituel ou périsprit et étincelle divine)

 

Le corps spirituel a une finalité de construction et d’orientation.

 

·      C’est le registre des formes de l’espèce, il a une action directrice sur l’embryon et sur le fœtus humain, à qui il imprime pendant la gestation, les formes et la plasticité nécessaire. C’est la force qui organise chaque espèce en s’incorporant atomes par atomes au germe, en le dirigeant selon sa nature.

·      C’est aussi la source des facultés intellectuelles et morales de l’homme et surtout le sanctuaire de la mémoire dans lequel l’homme trouve son identité au travers des mutations et des transformations de la matière pendant la vie actuelle et les différentes vies successives.

·      C’est le registre de l’évolution, le corps spirituel va donc archiver dans ses couches les plus subtiles et permanentes tous les événements, toutes les connaissances acquises durant les différentes incarnations.

L’évolution de l’être vivant est celle du principe spirituel, qui a son tour fait évoluer le corps spirituel (périsprit, psychosoma) qui doit être compris comme la totalité des recours aux travers desquels le principe spirituel s’exprime et agit.

Le corps spirituel en conformité avec son niveau d’évolution s’adapte au corps physique du même niveau d’évolution. C’est en lui que nous possédons tous les équipements de recours automatiques qui gouvernent les milliards de cellules au service de l’intelligence. Ces recours ont été acquis par l’être après des millions d’années d’efforts et de récapitulations dans les multiples secteurs de l’évolution physique.

·      C’est l’intermédiaire entre l’Esprit et le corps physique, il transmet les sensations du corps physique à l’Esprit, il transmet les impressions ressenties par l’Esprit au corps physique.

·      C’est cet intermédiaire entre l’Esprit et le corps physique, qui va expliquer toutes les manifestations de la médiumnité, et permettre l’interaction du monde invisible sur le monde physique.

 

Il existe deux moments importants, pour le corps spirituel, ce sont les moments :

·      de l’incarnation, lorsque l’Esprit intègre un nouveau corps physique,

·      et de la désincarnation, lorsque l’Esprit quitte son corps physique pour rejoindre le monde spirituel,

étant donné les transformations qu’il doit subir dans le processus d’adaptation au nouveau monde qu’il réintègre, dans un sens ou dans l’autre.

 

 

2.        PROCESSUS DE RÉINCARNATION

Il n’existe pas deux réincarnations exactement identiques comme il n’y a pas deux processus de réincarnation identiques.

 

Voici les facteurs qui interviennent dans ce processus, et qui sont :

-         l’état d’évolution de l’Esprit,

-         l’ambiance où doit se réaliser l’opération (milieu familial),

-         les nécessités physiques de l’incarnation : bonne santé ou corps physique déficient,

-         la nature des épreuves programmées,

-         les qualités morales et culturelles de l’Esprit,

-         le niveau plus ou moins élevé de la mission à réaliser.

 

Le processus de réincarnation dépend de la mission de l’esprit qui peut être une épreuve ou une expiation.

 

Voici le processus de réincarnation, il considère deux phases importantes :

- l’union du périsprit avec l’ovule fécondé,

- le trouble et l’oubli.

 

D’autres phases ou étapes importantes sont  :

- la préparation dans le plan spirituel,

- la réduction du corps spirituel ou périsprit.

 

Le processus de l’incarnation peut être divisé en plusieurs phases, parmi lesquelles nous avons distingué :

·      la préparation dans le plan spirituel,

·      l’union du périsprit avec l’ovule fécondé,

·      le trouble et l’oubli,

·      la réduction du corps spirituel,

·      l’interpénétration du corps spirituel de celui qui doit renaître avec celui de la mère,

·      la grossesse en elle même.

 

Quelques points sur l’importance du fluide vital au moment de l’incarnation, ainsi que les conséquences que nous pouvons tirer, en ce qui concerne la grossesse en elle même et l’interruption de grossesse.

 

2.1.     PRÉPARATION DANS LE PLAN SPIRITUEL

 

Une préparation préalable est réalisée dans le plan spirituel avec nos guides.

 

Cette intervention du plan spirituel, en plus de l’assistance et de l’orientation pour nous aider à faire notre choix en ce qui concerne le type d’incarnation : épreuve ou mission, va nous préparer avec notre nouveau cadre de vie familial :

a)      préparation psychologique si nécessaire des parents dans le but le réveiller ou maintenir les valeurs affectives et émotionnelles,

b)      rencontres dans le plan spirituel du candidat avec ses futurs géniteurs,

c)      visites du foyer où l’Esprit doit renaître.

 

2.2.     UNION DU PÉRISPRIT AVEC L’OVULE FÉCONDÉ

 

 Lorsque l’Esprit doit s’incarner dans un corps humain en voie de formation, un lien fluidique, qui n’est autre qu’une expansion de son périsprit, le rattache au germe vers lequel il se trouve attiré par une force irrésistible dès le moment de sa conception. A mesure que le germe se développe, le lien se resserre ; sous l’influence du principe vital matériel du germe, le périsprit, qui possède certaines propriétés de la matière, s’unit, molécule à molécule, avec le corps qui se forme : d’où l’on peut dire que l’Esprit, par l’intermédiaire de son périsprit, prend en quelque sorte racine dans ce germe, comme une plante dans la terre. Quand le germe est entièrement développé, l’union est complète, et alors il naît à la vie extérieure. 

 

Il existe donc un moment où l’esprit se réincarnant va occuper l’ovule en formation cherchant un nouveau champ pour sa rénovation.

Aucun esprit n’arrive au processus de réincarnation sans une attraction spécifique avec sa future mère. Cette attraction dépend de nombreux facteurs.

Le plongeon dans la réincarnation ne se fera que lorsque la syntonie entre la mère et le futur enfant devient indissoluble, cela lorsque il y aura superposition idéale des vibrations spirituelles des 2 participants.

 

L’esprit réincarnant, comme nous le verrons, influence aussi la matrice maternelle de façon bonne ou mauvaise.

Cette influence peut se traduire par de la joie ou de l’harmonie, et peut se transformer même en extase véritable due aux irradiations bénéfiques de l’Esprit réincarnant, ou bien se traduire par de l’angoisse, pouvant aller jusqu’au suicide.

Quelque soit le niveau d’évolution morale de l’esprit, il y aura avec la mère des relations de causes à effet (loi de causalité en fonction des vies antérieures), où tous deux vont s’extérioriser dans les phases de l’amour ou de la haine en fonction des expériences vécues antérieures.

 

Lié avec la mère qui le reçoit, l’esprit se réincarnant peut influencer avec ses vibrations le processus de fécondation et le choix du spermatozoïde qui va pénétrer l’ovule.

Avec son champ spécifique d’énergie, et sous la direction des Esprits guides chargés du retour à l’incarnation, il va sélectionner le spermatozoïde en accord avec ses nécessites, et en accord avec sa mission. Cette hypothèse est plus acceptable que l’idée du hasard biologique sans but.

Cependant le degré d’influence directe de l’Esprit se réincarnant va dépendre de son niveau d’évolution, en effet dans le cas des esprits inférieurs, les choix offerts à la liberté de l’Esprit peuvent être limités et sa réincarnation imposée (suggérée) par les Esprits guide.

L’esprit profitera aussi des potentiels génétiques, apportés par les parents, en manipulant la danse des chromosomes, dans la destinée des facteurs héréditaires.

La formation de l’être, après neuf mois, va dépendre des facteurs génétiques du spermatozoïde et de l’ovule et en plus de l’orientation de l’esprit se réincarnant en tant que champs organisateurs de la forme ou simplement l’organisateur biologique, selon un plan biologique et moral établit antérieurement dans le plan astral.

 

2.3.     TROUBLE ET OUBLI AU MOMENT DE L’INCARNATION

 

 Un phénomène particulier, également signalé par l’observation, accompagne toujours l’incarnation de l’Esprit. Dès que celui-ci est saisi par le lien fluidique qui le rattache au germe, le trouble s’empare de lui ; ce trouble croît à mesure que le lien se resserre, et, dans les derniers moments, l’Esprit perd conscience de lui même, de sorte qu’il n’est jamais témoin conscient de sa naissance. Au moment où l’enfant respire, l’Esprit commence à recouvrer ses facultés, qui se développent à mesure que se forment et se consolident les organes qui doivent servir à leur manifestation. 

 

Le processus d’inconscience, est expliqué  par le processus de réduction ou bien par une diminution du niveau vibratoire du périsprit, comme nous le verrons plus loin :

  • en effet, plus la réduction du périsprit, en préparation à l’incarnation, est avancée, plus l’esprit se réincarnant sera inconscient dans le développement du phénomène,
  • plus le lien entre l’Esprit se réincarnant et le corps en formation sera avancé, plus le mouvement vibratoire du périsprit va diminuer jusqu’à ce que l’esprit devienne complètement inconscient. Cette diminution vibratoire du mouvement fluidique produit la perte du souvenir des vies antérieures.

 

Dans l’intervalle de temps allant de la conception à la naissance, les facultés de l’âme vont être peu à peu annihilées par la force vitale reçue des géniteurs

 

Ce processus d’inconscience, quelque soit son explication physique, est considérée aussi comme une protection de la nature contre le rejet dans le cas de refus de se réincarner, dans le cas où il existe de fortes tensions du passé entre l’esprit qui se réincarne et les parents qui vont l’accueillir.

 

L’union de l’âme et du corps commence donc à la conception et elle est complète à la naissance.

 

2.4.     RÉDUCTION DU CORPS SPIRITUEL

 

 La réincarnation se produit par un rapprochement gradué, par une assimilation des molécules matérielles du périsprit, lequel se réduit, se condense, s’alourdit progressivement, jusqu'à ce que, par une adjonction suffisante de matière, il constitue une enveloppe charnelle, un corps humain. 

 

L’union périsprit avec l’ovule fécondé passe donc par un processus de réduction.

Lors de cette réduction, une partie des énergies périspirituelles retournent à la nature comme le corps physique le fut dans le processus de « cadavérisation » antérieur. Il reste ainsi une petite couche enveloppant les zones nobles de l’esprit de forme plus ou moins ovoïde d’autant plus réduite que l’être est moins évolué.

 

Cette forme réduite est le « corps mental » :

cette forme représente le corps mental de l’individualité, et garde en elle conformément aux principes ontogénétiques de la création divine, tous les organes virtuels de l’extériorisation de l’âme dans les cercles terrestres et spirituels,... 

 

 

 

Représentation du Corps Spirituel et de sa Forme Réduite 

Pavillon de Réduction dans le Ministère de la Régénération de la Cité Spirituelle Notre Demeure

 

Cette phase de réduction est aussi une phase d’échanges fluidiques :

a)      pertes des énergies périspirituelles accumulées dans le plan spirituel, en effet ces énergies appartiennent au plan spirituel auxquels elles doivent retourner.
Toute la matière qui n’est pas nécessaire au travail fondamental de refondation de la forme est rendue au plan spirituel ;

b)      assimilation des éléments fluidiques du plan matériel en remplacement des énergies périspirituelles perdues.

 

Cette phase de réduction, pour adapter le périsprit à son nouvel environnement, peut se produire de plusieurs façons, qui vont dépendre de l’évolution de l’esprit :

·      réduction automatique,

·      réduction par magnétisme et autosuggestion,

·      utilisation du magnétisme et de la sonothérapie,

·      réduction par appareillage magnétique.

 

.4.1. Réduction Automatique

Le processus peut être automatique, et contrôlé par les lois de la nature, c’est le cas du monde animal et de l’être humain à l’état sauvage à l’aube de l’humanité.

 

En s’unissant à la matrice maternelle, à la recherche d’une nouvelle forme, le périsprit souffre l’influence de forts courants électromagnétiques qui lui imposent la réduction automatique. 

 

2.4.2. Réduction par Magnétisme et Autosuggestion

 

 

 

Le corps spirituel a été réduit à la taille d’un enfant, nous devons comprendre cette parole dans un sens plus large.

Bien que cela ne soit pas clairement exprimé, cette réduction va jusqu'à la taille de l’organisation fœtale.

En effet, l’instructeur demanda à l’Esprit se réincarnant : “ souvient toi de l’organisation fœtale, redevient tout petit ! ”

Dans ce cas, l’organisation fœtale n’a pas exactement la taille de l’œuf résultant de la rencontre de l’ovule féminin avec le spermatozoïde masculin. Le produit de la conception s’appelle fœtus au moment à partir duquel l’embryon commence à avoir l’apparence humaine, autour de la 8ème semaine de gestation. Comme nous le verrons par la suite, on parle ici seulement du corps mental qui reste dans la réduction.

 

Il s’agit ici de la réincarnation d’Esprits d’élévation moyenne parmi ceux qui se trouvent incarnés sur terre.

Les Esprits plus évolués n’ont pas besoin du concours spirituel pour réincarner, par contre les Esprits moins évolués vont nécessiter des processus d’intervention du plan spirituel qui peuvent être dans certains cas très complexes.

 

2.4.3. Utilisation du Magnétisme et de la Sonothérapie

Pour cela, les candidats à la réincarnation qui ne possèdent pas l’évolution suffisante qui leur permet de superviser leur réincarnation avec leurs propres critères, et qui sont éloignés de l’infériorité primitive qui les rendront esclaves absolus de l’hérédité physique, sont admis dans des institutions hospitalières où des magnétiseurs désincarnés, leur appliquent des fluides calmants qui les endorment pour des périodes variées; en accord avec leur évolution morale et de façon à ce que les principes psychosomatiques s’adaptent à la réduction adéquate, avec l’appui de la sonothérapie . 

 

On peut voir qu’il s’agit là d’un autre type de réduction. Le durée de la réalisation de cette réduction est plus longue et se fait au travers de la sonothérapie provoquée par des magnétiseurs désincarnées et spécialisés.

 

La sonothérapie est appliquée pendant le sommeil, au cours duquel les Esprits reçoivent des traitements pour calmer leurs angoisses, les aider à accepter les conséquences des actes passé et de les préparer à une nouvelle incarnation.

 

2.4.4. Utilisation d’un Appareillage Magnétique

 

 

Les Espritsm'ont souvent s décrit un édifice, appelé pavillon de réduction où sont exécutés ces processus de réduction par la Sonothérapie. Les patients restent, semble-t-il, dans des sortes de tiroirs (ou casiers) pendant que se déroule le traitement magnétique.

 

Quelque chose de nouveau apparaît en ce qui concerne la réduction du corps spirituel appliquée à des Esprits de la 3ème catégorie, des Esprits arriérés qui dépendent de réincarnation contraintes, et qui doivent attendre le moment adéquat pendant un temps imprévisible.

Il s’agit d’équipements à effets magnétiques qui produisent la réduction du corps spirituel de l’Esprit se réincarnant le réduisant à une forme diminuée et ovoïde où sont préservés tous les centres de forces et les éléments du corps spirituel. Cette forme peut être appelée semence spirituelle, à partir du moment où elle est ingérée par la mère dans le plan spirituel, au moment de la conception, comme nous le verrons plus tard.

 

2.5.     PERTE DE LA FORME DU CORPS SPIRITUEL

 

L’idée d’une transformation du corps spirituel, avec perte d’une partie des fluides constitutifs du corps spirituel, lors de la réduction pour la préparation à la réincarnation peut être difficile à accepter, parce que le corps spirituel est un organisme entier que l’on doit considérer et qui possède des organes, des cellules comme le corps physique. Cependant cette transformation est une réalité selon les révélations spirituelles.

 

Il existe 3 cas où l’esprit perd une partie des fluides de son corps spirituel pour perdre la forme originelle :

·      le premier cas, c’est lorsqu’il monte vers les sphères supérieures, dans ce cas, il n’en aura plus besoin,

·      le second cas, c’est lorsqu’il se réduit pour le processus de réincarnation,

·      le troisième cas, c’est par le phénomène de “ monoïdéisme ” dans lequel baigne l’Esprit. Dans ce cas, par manque d’activité de ses fonctions principales, le corps spirituel s’atrophie jusqu'à la forme d’un ovoïde (selon André Luiz, la forme se réduit au corps mental).

 

Pour mieux comprendre le processus, lorsqu’il se produit au moment de l’incarnation, nous allons voir quelques considérations en ce qui concerne le phénomène de “ monoïdéisme ".

 

2.5.1. Atrophie du corps spirituel par “ monoidéisme ”

 

Dans le cas de l’homme primitif désincarné dont la seule aspiration est de resurgir dans sa propre case et renaître dans la chair, par cette fixation il magnétise son âme et il s’établit en lui le “ monoïdéisme ” par lequel il masque tous ses autres désirs.

 

Par l’occlusion des autres stimuli, les organes du corps spirituel se rétractent et s’atrophient par absence de fonction. Ils retournent instinctivement dans la source de la direction mentale où ils se retrouvent occultés et atrophiés sous l’appui des pensées en circuit fermé sur lui même. 

 

Nous savons, par définition, que l’Esprit possède un corps spirituel, et que c’est en lui que sont localisées toutes les codifications nécessaires, pour qu’au moment opportun, il puisse modeler le corps spirituel qui comme nous l’avons vu est son reflet. Tout retourne et se contient dans le corps spirituel de l’Esprit, réduit à sa partie centrale et au stricte nécessaire.

 

Se sentant dans un climat opposé à sa façon d’être, l’homme primitif, délivré de l’enveloppe physique, refuse le retour dans la sphère extra-physique, s’enfonçant lentement dans l’atrophie des cellules de son corps spirituel par monoïdéisme auto-hypnotique, provoqué par la pensé fixa-dépressive qui le pousse à retourner dans le corps physiologique.

Dans cette phase nous constatons habituellement que le désincarné a perdu son corps spirituel, se transposant dans un corps ovoïde, ce qui arrive à de nombreux autres désincarnés dans des situations de déséquilibre, cette forme représente le corps mental de l’individualité, et garde en elle conformément aux principes ontogénétiques de la création divine, tous les organes virtuels de l’extériorisation de l’âme dans les cercles terrestres et spirituels, comme l’œuf, apparemment simple, conserve l’oiseau de demain, ou comme la semence minuscule conserve les tissus de l’arbre vigoureux dans lequel il se transformera dans le futur. 

 

Cet état où il se trouve, se retrouve seulement pour la réincarnation, il est ainsi apte pour la liaison avec l’organisme de la mère.

Assimilant les recours organiques avec l’aide de la cellule féminine fécondée et marqué par le gêne paternel, l’Esprit élabore, par lui même le nouveau véhicule physico-psychosomatique, attirant dans son moule occulte les cellules physiques pour qu’elles se reproduisent par carcinogénèse, en conformité avec l’orientation imposée, et reflétant les conditions dans lesquels l’esprit désincarné se trouve.

 L’Esprit se modèle un nouveau véhicule avec la nouvelle forme charnelle, véhicule qui évoluera depuis le berceau et qui persistera après la mort. 

 

Pendant la gestation, il se forme un nouveau corps spirituel ou périsprit pour l’Esprit se réincarnant qui a perdu sa forme lors de la transformation subie au cours de la réduction, et que ce corps spirituel continue à évoluer après le berceau et qu’il persistera après le tombeau.

 

Traitement des Esprits ovoïdes dans le plan spirituel

 

 

Les révélations spirituelles nous montrent parfois des esprits qui ont totalement perdu leur forme, et qui se présentent sous forme de boules, d’ovoïdes.

 L’ovoïdisation est un processus de perte de la forme du périsprit, c’est une transformation progressive du périsprit en un ovoïde. Ce n’est pas une altération du périsprit, c’est une réduction basée sur le même principe que celle qui est mise en œuvre pour l’incarnation d’un esprit.

Les esprits de suicidés sont des candidats naturels à ce type de régression périspritale.

L’état d’esprit qu’ont les suicidées, avec l’idée persistance de se retirer de la vie, alimente le périsprit par un courant de contraction qui détériore les forces de constructions naturelles.

L’ovoïdisation est un processus considéré comme incurable dans le plan spirituel, c’est une des plus grandes maladies spirituelles dans ce monde et qui ne peut être résolue que par des réincarnations expiatoires dans lesquelles l’esprit peut reconstruire son métabolisme périsprital.

 Afin de les protéger des agresseurs spirituels les esprits ovoïdes récupérables sont orientés dans les cavernes du sommeil dans la vallée des suicidés. Ces cavernes sont proches de la cité « Portail de la Vallée, elles sont gardées et protégées par des gardes de la citée.

En plus d’étudier ce phénomène, ce département travaille au traitement préventif de l’ovoïdisation.

Pour traiter les esprits de suicidé, plus particulièrement ceux qui sont en voie d’ovoïdisation, le plan spirituel utilise l’embryothérapie, qui est considérée comme le recours thérapeutique le plus efficace pour ce type d’évolution périspritale.

Ce traitement vise à placer l’esprit en contact avec :

1. les énergies maternelles salutaires afin de redresser efficacement les impulsions régressives de l’esprit. Le métabolisme maternel intensifie l’élimination des énergies délétères.

2. les forces constructives mises en oeuvre pendant la formation embryonnaire pour inverser le processus d’ovoïdisation.

Le département n’établit pas seulement les directives de l’embryothérapie, mais il prépare et accompagne les suicidés jusqu’à leur incursion dans la chair, l’incarnation. Généralement ces réincarnations correspondent à des cas de grossesses qui n’aboutissent pas, avec des avortements naturels ou provoquées.

 

2.5.2  Perte de la forme du corps spirituel lors de la réduction

 

Après la réduction il reste une dépouille et tout semble indiquer que ce serait de la matière du corps spirituel :

Le processus est plus lent, lorsqu’il s’agit de réincarnations contraintes. Dans cette catégorie d’Esprits, cela peut durer plus d’une année pour finaliser le processus de réduction.

Lorsque commence, la phase de sommeil léthargique, le corps spirituel se dépouille de sa matière grossière, laisse le périsprit subtil, sans risque aucun. Comme le cobra laisse sa peau.

Cette dépouille grossière est enterrée dans un endroit précis, un cimetière. 

 

 

Cette chose c’est la matière, une partie du fluide constitutif du corps spirituel semi-matériel, et peut être comparée à la « dépouille qui est enterré dans le cimetière » après la mort du corps physique.

 

A partir de ces informations, nous pouvons conclure qu’il existe de nombreux processus pour la réduction du corps spirituel de l’Esprit se réincarnant et que le tout est conditionné à son état spirituel, à son élévation, à ses mérites et à ses démérites. D’autre part, la réduction implique la perte d’une partie des fluides du corps spirituel, qui va se réduire à un degré tel, qu’il ne contiendra que la matrice du corps spirituel avec les centres d’énergie. Cette forme réduite est assimilée au « corps mental » de l’esprit qui va se réincarner.

 

Lors de la réduction pour l’incarnation il y a perte de la forme du corps spirituel .

 

 

Cette transformation se produit aussi lorsque l’esprit évolue et passe dans les sphères supérieures. Dans ce cas leur périsprit s’épure et s’éthérise en raison des vibrations des hautes sphères spirituelles.

 

2.6.     UNION FINALE DE L’ESPRIT SE RÉINCARNANT AVEC L’ORGANISME DE LA MÈRE

2.6.1.  Interpénétration des corps spirituels de l’Esprit se réincarnant et de celui de la mère

Nous allons voir maintenant comment le corps spirituel de l’Esprit se réincarnant, avec son corps spirituel réduit, s’interpénètre dans le corps spirituel de la mère, et se lie à lui.

 

Le processus par lequel la forme réduite de l’Esprit se réincarnant s’intégre, ou s’interpénétre dans le périsprit de la mère, sous l’action du pouvoir de sa volonté qui le conduit mentalement à l’endroit où plus tard l’union devra se faire.

Nous avons vu qu’une autre manière de cette interpénétration était celle ou nous nous référencions à la semence spirituelle , résultant de la réduction faite par un appareil du plan spirituel à effets magnétiques de laquelle résulta une forme diminuée et ovale qui contient tous les principes énergétiques et spirituels de l’Esprit réincarnant, une forme ovoïde ou « corps mental » réduit.

 

Au même moment, avant que le spermatozoïde féconde l’ovule, dans le plan spirituel, la mère ingère cette forme réduite, substrat de l’Esprit réincarnant, qui va se lier à l’organisme maternel, et de la même façon attendre son union définitive avec la cellule œuf qui se fera peu de temps après.

 

 Personne n’a jamais pensé demander comment le corps spirituel de l’Esprit se réincarnant se liait au corps spirituel de la mère. Jusqu'à maintenant nous savions qu’il fallait que l’ovule soit fécondé par le spermatozoïde, pour que s’initie et se développe la gestation, l’incarnation de l’Esprit. Maintenant nous devons ajouter la « conception spirituelle » : c'est-à-dire l’intégration de la forme réduite de l’Esprit candidat à l’incarnation dans le corps spirituel de la mère qui doit l’accueillir avant son lien définitif avec l’ovule fécondé avec l’aide des Esprits chargés de cette réincarnation.

La conception spirituelle est préparée par les esprits supérieurs. Ils se chargent de la réunion de l’esprit au germe, et le préparent au travers de fluides spéciaux dont nous ne connaissons pas la nature.

 

Il y a donc une “ fécondation spirituelle et une fécondation physique ”, la première étant l’intégration de l’Esprit se réincarnant au corps spirituel de la mère pour la gestation de l’être nouveau, la seconde la fécondation physique proprement dite.

 

2.6.2.  Union finale de l’esprit avec l’organisme de la mère

Comment se produit l’union finale de l’esprit se réincarnant à l’organisme de la mère.

 

Ce même processus d’union, est utilisé naturellement dans le cas que nous avons déjà traité, quand la mère ingère la semence, ou semence spirituelle, qui nécessite d’être ajusté à l’ovule fécondé qui vient de se former et qui ensuite commencera à se mouvoir en pleine vie.

 

2.6.3. Formation du corps spirituel

Le phénomène de la renaissance, considérant aussi bien le corps matériel que le corps spirituel de l’Esprit se réincarnant.

Qu’elle soit mère mariée ou célibataire, si il n’y a pas de fécondation spirituelle dans le ventre maternel, il n’y a pas de fécondation par le spermatozoïde. Il y a la conception spirituelle et la conception matérielle.

 

Le raisonnement suivant va nous conduire vers cette affirmation très claire et très logique :

La réduction du corps spirituel dans le but de la réincarnation dans notre plan physique, peut être assimilé à une sorte de mort, où une partie des fluides constitutifs du corps spirituel sont séparés et éliminés, pour se réduire au « corps mental », une fois que cette « dépouille » est éliminée. 

 

Cela étant accepté, nous avons vu que le corps mental de l’Esprit se réincarnant, placé à l’intérieur du périsprit de la mère, se lie à elle magnétiquement et qu’ensuite, la liaison se fait avec la cellule œuf avant de commencer son mouvement de vie. Le corps mental réduit s’ajuste à la cellule œuf de la vie.

 

La touche initiale étant donnée, la vie de l’être nouveau en formation démarre et elle a besoin pour cela non seulement d’un corps physique mais aussi d’un nouveau périsprit, qui a été perdu lors de la réduction.

 

Une fois la gestation démarrée, le nouveau corps physique en formation est alimenté et maintenu par le sang du corps physique de la mère qui fournit la matière physique qui lui est nécessaire et qui se structure et s’organise sous l’influence du périsprit de l’Esprit se réincarnant qui évolue avec.

D’un autre côté, le nouveau périsprit en formation est alimenté et maintenu par le sang de la mère, qui lui fournit aussi la matière spirituelle dont il a besoin pour sa construction.

 

Il se structure et s’organise sous l’influence du corps mental de l’Esprit se réincarnant qui contient la matrice fondamentale et qui à son tour conditionne la formation du corps physique auquel il est lié depuis le début.

 

Ces conclusions peuvent sembler surprenantes, car en réalité, on n’a jamais pensé qu’un processus de gestation pouvait se faire hors des limites du corps physique.

Cependant, il suffit de raisonner avec logique pour comprendre qu’il ne peut en être autrement à partir du moment où on accepte que le périsprit est un corps organisé comme le nôtre - et plus que ça - que c’est la matrice du corps physique avec des cellules et des organes, des fonctions et des facultés identiques.

 

Pourquoi dans un processus de gestation, l’appareillage génésique du périsprit de la mère serait-il inactif si c’est lui même qui doit contrôler le processus du corps physique ?

Si le corps périspirituel est fortement lié au sang, qui donne la forme aux éléments cellulaires, pourquoi le courant sanguin du périsprit de la mère ne circulerait-il pas dans le périsprit de l’Esprit renaissant pour structurer son organisme ?

 

De la même façon que les éléments nutritifs de l’alimentation extérieure atteignent le corps physique, ou le corps spirituel, par le courant sanguin, les éléments nutritifs de nature spirituelle qui nous arrivent au travers du périsprit passent par le même chemin, soit d’un sang à l’autre ou du sang du périsprit en formation au sang du produit de la conception.

 

Bien qu’important en lui-même, le phénomène de la renaissance, lorsque l’on pense que la mère engendre non seulement un corps physique mais aussi un périsprit, en lui apportant les fluides nécessaires à sa formation, cela augmente sa responsabilité.

Pour définir le corps spirituel, il est nécessaire de considérer avant tout qu’il n’est pas le reflet du corps physique, car en réalité c’est le corps physique qui est son reflet, le corps spirituel est le reflet du corps mental qui préside à sa formation...

Le corps mental, démontré expérimentalement par diverses études, est l’enveloppe subtile de l’Esprit, que nous ne pouvons pas encore aujourd’hui définir avec précision par manque de terminologie adéquate.

 

Nous avons vu qu’avec la réduction, l’Esprit se réincarnant perd la forme et une partie des fluides constituant son corps spirituel, gardant seulement le corps mental qui va être relié à la cellule œuf pour le processus de conception.

Nous avons vu d’autre part que le corps mental renferme en lui toutes les informations et les caractéristique de l’être, que c’est lui qui conduit la formation du corps spirituel avec sa forme, sa morphologie, en générant le périsprit qui est son reflet, qui à son tour va conditionner la formation du corps physique qui sera son reflet.

 

Il y a un enchaînement logique et un processus aussi logique où l’Esprit, par l’intermédiaire de corps mental, préside à la formation de son corps spirituel ou périsprit, lui transférant les conditionnements de sa vie karmique de façon à lui fixer les directions de sa nouvelle vie.

 

2.6.4. Formation d’une Couronne protectrice

Un autre point d’intérêt dans le processus de fécondation, c’est celui de la grande quantité de spermatozoïde lancés à chaque éjaculation.

Ils sont estimés à environ 180 millions. Un seul cependant atteindra l’ovule afin de le féconder. Pourquoi cette quantité immense de cellules masculines. La biologie dit que c’est pour qu’il n’y ait pas d’échec, le plus habile d’entre eux devra atteindre l’ovule.

Nous savons que nous vivons entourés d’énergies ainsi que les organismes vivant et les cellules.

Quand l’ovule est fécondé, il se transforme en œuf et sécrète une couche de protection (fertilizine) qui empêche les autres spermatozoïdes d’envahir la cellule.

Autour de la cellule féminine fécondée (œuf ou ovule), dans les 48 - 72 h suivantes, les spermatozoïdes meurent et sont absorbés par l’organisme féminin, mais il reste une couronne d’énergie provenant des spermatozoïdes qui disparaissent physiquement.

Cette couronne d’énergie qui reste après la disparition des cellules masculines a pour rôle de protéger l’œuf contre les invasions spirituelles autres que celles de l’esprit se réincarnant en phase d’hibernation. 

 

C’est une hypothèse séduisante, car Dieu n’a rien programmé d’inutile dans tous le processus de la vie et de la nature.

 

 

2.7.     FACTEUR CONTRÔLANT LA CONSTRUCTION DU CORPS PHYSIQUE

2.7.1  Evolution dans le processus foetal

Le retour à la vie terrestre, pour l’Esprit, signifie récapitulation. Ainsi en retournant dans un corps physique, il est indispensable qu’il récapitule toutes les expériences vécues pendant ses multiples existences.

Dans le processus fœtal,au début, l’Esprit passe par la forme d’amibe (cellule-œuf), ensuite, il passe par la forme aquatique, en passant par toutes les périodes de transition par où il est déjà passé pendant sa période d’évolution jusqu'à arriver à l’état fœtal. 

 

2.7.2. Assistance spirituelle jusqu'à l’âge de 7 ans sur le sang de l’enfant

Le rôle important du sang dans le processus de gestation.

 

Conversation avec un guide instructeur :

“ En vertu d’e guide sur l’importance de l’assistance spirituelle des réincarnés, jusqu'à 7 ans, je cherchais à obtenir d’autres explications ?... Pourquoi une telle attention sur le sang du futur nouveau né ? Pourquoi l’assistance du service de réincarnation se termine-t-il seulement après les sept premières années de la vie ?

Le guide répondit :

Vous n’ignorez pas que le corps humain a ses propres activités végétatives, mais vous ne savez pas encore que le corps spirituel, qui donne la forme aux éléments cellulaires est très enraciné dans le sang. Dans l’organisation fœtale, le patrimoine sanguin est une donnée de l’organisme maternel. Après la renaissance, commence la période d’assimilation des énergies organiques dans lesquels le “ moi ” réincarné prépare la consolidation de ses nouvelles expériences et, c’est seulement à 7 ans, qu’il commence à diriger par lui même le processus de formation du sang, élément basique de l’équilibre du corps périspirituel...

Le sang, cependant, est comme un fluide divin qui fixe les activités dans le champ matériel, et par son flux et reflux incessant, dans l’organisation physiologique, il nous fournit le symbole du mouvement éternel des forces sublimes de la créature.

Quand sa circulation n’est plus libre, apparaît le déséquilibre et la maladie, et si son mouvement s’arrête, apparaît alors l’extinction du tonus vital, suite à quoi suit la mort et le départ de l’âme. .

 

Voici donc l’importance du sang et de sa circulation pour le maintien de la vie et l’importance encore plus grande du sang maternel pour ses effets sur la conception d’un nouveau corps.

 

 

2.7.3. Cas particulier des Jumeaux

L’esprit se réincarnant, s’accouple généralement à l’œuf fécondé et manipule le métabolisme et la multiplication des ses premières cellules, les blastomères. Tout le processus qui suit, au delà de la morula initiale, représentée par la blastula gastrula et les annexes embryonnaires, sera la conséquence des sources d’énergie de l’esprit se réincarnant.

 

Il existe des cas, ou plus d’un esprit peut être accueilli par un même œuf. De cette façon, au moment de la division initiale en deux cellules filles (blastomères), chaque Esprit se met à diriger sa moitié ovulaire, construisant chacun son propre corps, en suivant le plan d’incarnation prévu dans le plan spirituel avant la réincarnation.

C’est le cas des jumeaux univitellins, ainsi appelés car provenant du même œuf. Ce sera toujours des jumeaux totalement ressemblant du point de vue physique et du même sexe.

Lorsque plus d’un œuf sont disponibles, il existera plusieurs esprits se réincarnant et chacun prendra position dans sa propre cellule.

Ce seront des jumeaux bien ressemblant, comme les univitellins et pouvant même être de sexe différents.

2.7.5. Cas particulier des Frères Siamois

Il existe des cas tératologiques, liés au produit de conception, qui ne s’expliquent que par la doctrine de la réincarnation. Nous savons que les esprits voués à la réincarnation, qu’ils soient conscients ou pas du processus de réincarnation, reviendront sur terre dans le degré d’évolution dans lequel ils se trouvent.

De cette façon, il existera des Esprits au niveau de l’animalité comme aussi au niveau angélique par rapport à notre évolution terrestre. A côté de cela, il peut exister des esprits endettés à tel point, qu’avec leur partenaire de lutte, ils finissent dans des processus obsessifs, liés entre eux, sans possibilités d’indépendance. Ils vivent ensemble, en véritables parasites en tant que hôte et hébergé.

Ces esprits sont si dépendant l’un de l’autre, qu’ils se réincarnent ensemble, souvent occupant le même œuf, sans réussir à être indépendant l’un de l’autre.

Le résultat est qu’ils transfèrent pour la zone physique toute cette déficience au point de se lier ensemble, physiquement dans des déformations corporelles, comme ils se trouvaient spirituellement.

Ces cas expliquant très bien, ceux que l’on appelle frères siamois.

Comme toujours, le champ organisateur de la forme sera le responsable de la construction dans toutes ses phases saines ou malades. Ces champs organisateurs étant programmés avant la réincarnation .

 

2.8.      LES FLUIDES VITAUX - LEUR IMPORTANCE

Comme on l’a vu, notre Esprit est accompagné par un corps spirituel ou périsprit, constitué de fluides spirituels et d’un corps vital. Toute les sensations et impressions sont transmises par l’intermédiaire de ces fluides de l’Esprit au corps et inversement, d’où l’importance d’une meilleure connaissance de ces fluides et de leurs propriétés comme nous allons le voir ci-après.

 

Tout d’abord nous allons rappeler qu’il existe deux types de fluides : le fluide vital et le fluide périsprital :

Le fluide vital, le fluide animal, le fluide magnétique, l’ectoplasme sont une même chose, c’est un fluide intermédiaire entre le corps physique et le corps spirituel ou périsprit.

Les fluides périspritaux, ou spirituels sont les fluides constituant le corps spirituel ou périsprit, ce fluide est commandé par la pensée et conduit la pensée.

 

2.8.1  Nécessité du fluide vital pour la vie organique

Les Esprits disent que la vie est un effet produit par l’action d’un agent, le fluide vital, sur la matière. Cet agent seul, sans la matière, n’est pas la vie et vice versa.

C’est lui qui donne la vie à tous les êtres qui l’absorbent et l’assimilent .

 

2.8.2.   La quantité de fluide vital est variable selon les êtres

La quantité de fluide vital n’est point absolue chez tous les êtres organiques, elle varie selon les espèces, et n’est point constante soit dans le même individu, soit dans les individus de la même espèce. Il en est qui en sont pour ainsi dire saturés, tandis que d’autres en ont à peine une quantité suffisante .

 

Une certaine quantité de fluide vital est distribué à toutes les créatures qui apparaissent sur terre. Cette force vitale est transmise par filiation et se manifeste seulement dans les êtres animés.

Le réservoir d’énergie potentielle, provenant des parents et qui se trouve dans la cellule originelle se transforme en énergie naturelle, à mesure que la matière s’organise.

Au début l’action est assez énergétique, l’assimilation, le regroupement des molécules, dépassant la désassimilation, l’individu croit, jusqu'à l’équilibre et la maturité et la stabilité du corps, jusqu'à l’arrivée de la vieillesse où la force vitale s’épuise et n’est plus suffisante pour alimenter les tissus, la mort survient, l’organisme se désagrège et la matière retourne au monde inorganique .

 

Chacun de nous reçoit donc pour naître et pour vivre, en accord avec ses compromis, une part de vitalité sous forme de fluide vital qui est la source de l’énergie divine qui soutiendra la vie organique dans le délai qui nous a été concédé pour vivre .

 

3.        ACTION DE L’ESPRIT SE RÉINCARNANT SUR LA MÈRE PENDANT LA GROSSESSE

l’Esprit se réincarnant peut perturber psychiquement et physiquement la mère pendant la grossesse.

 

3.1.     PERTURBATIONS PSYCHIQUES PENDANT LA GROSSESSE

Elles sont d'ordres de l'avancement moral de l'esprit qui se reincarne. 

Un esprit vengeur ou qui a été forcé de se reincarne va influencer la grossesse sur le psychisme de la mère. 

Parfois c'est un ancêtre d'une autre vie antérieure, qui est toxique (parents, frères etc) qui va amené des comportements allant jusqu'au suicide et automutilation. 

3.2.     PROBLÈMES DE VOMISSEMENTS INCONTRÔLÉS

En ce qui concerne les vomissements incontrôlés, Cils sont dus à un déséquilibre d’origine spirituel, même quand le spécialiste l’attribue à un problème d’ordre physiologique.

L’organisme maternel absorbant les émanations de l’entité se réincarnant fonctionne comme un exhaure de fluides en désintégration, qui ne sont pas toujours agréables ou supportables par la sensibilité de la mère .

 

3.3.     REJET DU PÈRE PAR LA MÈRE

L’aversion pour le mari que certaines femmes arrivent à avoir pendant la grossesse, peut provenir du rejet du père par l’enfant.

Le père et l’enfant ont put être des ennemis dans le passé, et avec le retour à la vie corporelle, l’enfant doit se remémorer son expérience passée et les parcours mal vécus. Il est difficile pour lui dans ce cas de développer l’amour pour celui qui va être son père.

 

3.4.     LIENS PROFONDS ENTRE PÈRE ET FILLE

Dans certains cas, les filles se rapprochent du père, avec qui une grande harmonie s’installe, mais par contre, elles s’éloignent spirituellement de la mère, qui fait tout pour rompre les barrières.

Dans ce cas, il n’y a pas d’obstacle à la réincarnation, parce que l’épouse, par dévouement au compagnon, reçoit la fille qui vient à des fins de régénération, et comme elle a une grande affinité avec le père, ce dernier va accompagner la grossesse de façon spontanée, offrant un support affectif à la mère, l’enveloppant par ses vibrations amplifiées par l’attraction de la mère et de la fille .

3.5.     REMÈDES SPIRITUELS AUX PERTURBATIONS PSYCHIQUES PENDANT LA GROSSESSE

Pour éviter ses symptômes indésirables de la grossesse, la future mère doit faire une bonne préparation prénatale associée à des traitements spirituels, à des passes magnétiques et à de l’eau magnétisée.

André Luiz nous montre quels sont les moyens utilisés par la spiritualité supérieure pour aider la mère dans ces situations :

Et pour garantir le succès, Clarencio, chargé de l’aider pendant la grossesse, lui transmis des recours magnétiques (passes) suffisants pour obtenir l’amélioration immédiate. 

Il existait une gestation du corps physique et une gestation du corps spirituel ou périsprit, nous allons considérer le cas de l’interruption de ce processus par l’avortement naturel ou provoqué.

Les conséquences de l’avortement vont dépendre des causes qui en sont à l’origine, selon qu’elles sont volontaires ou involontaires.

 

4.1.     AVORTEMENT INVOLONTAIRE OU NATUREL

Dans le cas d’un avortement involontaire, nous devons considérer tous les cas ou l’organisme maternel, à cause de certains dysfonctionnements, ne supporte pas le produit de la fécondation et l’expulse.

Ce sont les cas liés à des dysfonctionnements hormonaux, à des infections diverses, à la toxoplasmose, à certaines viroses, etc..

Dans ces cas, il est bien clair que la femme ne participe pas consciemment à l’avortement; il se produit de façon spontanée, il se produit pour des causes non liées à la volonté de la mère qui héberge le produit de la conception.

Dans ce cas, l’avortement est un processus naturel, il est la conséquence des lois naturelles, le périsprit étant déjà formé, de façon à subsister dans le monde supérieur.

Et, comme nous l’avons vu dans l’exemple précédent, l’enfant, en tant qu’Esprit, peut naître à sa nouvelle vie par accouchement naturel ou par césarienne, et le produit de la conception, quelque soit le niveau d’avancement dans lequel il se trouve, devra être éliminé dans sa forme matérielle et dans sa forme spirituelle en même temps.

 

4.2.     AVORTEMENT VOLONTAIRE OU PROVOQUÉ

4.2.1  Cas des grossesses non acceptées

L’avortement provoqué ne concerne pas seulement ceux qui utilisent des moyens mécaniques d’extraction du produit de conception, il y a aussi des cas ou l’Esprit de la mère, ne souhaitant pas la poursuite de la grossesse, peut, avec ses propres énergies mentales, désarticuler les processus cellulaires dans les premières semaines de la grossesse, et expulser le fœtus de la cavité utérine.

La mère qui procède ainsi, et qui provoque l’avortement, entraîne ainsi, comme nous le verrons une lourde dette devant Dieu et elle même et reste responsable devant son acte, mais dans ces situations de grossesse non acceptées, il est rare que cette action d’irradiation négative de la mère réussisse à produire des actions aussi violentes pour expulser le fœtus de son organisation. 

 

4.2.2.  Grossesses frustrées

Nous allons voir le cas où il n’y a aucun esprit pour s’incarner dans le nouvel être qui va se former, c’est à dire le cas d’une grossesse frustrée.

 

Il existe un type d’avortement qui se fait de façon spontanée, en relation avec l’absence d’esprit (champ organisateur de la forme) dans la mécanique ontogénétique. Initialement l’œuf va se développer, même sans esprit, par les impulsions cellulaires et les automatismes multimillénaires de ce processus.

Mais il arrive un moment, en accord avec chaque être, où le processus ontogénétique, ne trouvant pas d’appui dans l’orientation du champ spirituel, va se dégrader, conduisant à l’avortement.

Ce sont des cas rares, mais ils existent. Dans ce groupe on pourrait placer les cas de réincarnation d’esprits desharmonisés à tel point qu’ils finissent par détruire tout le matériel de conception.

Ces esprits ne réussissent pas, à causes de leurs vibrations dégénérées, un accouplement viable entre leur périsprit et les cellules physiques, et arrivent à détruire toute l’organisation.

Les répétitions de ses esprits dans le processus de réincarnation vont favoriser les ajustements jusqu'à ce qu’ils puissent présenter les conditions adéquates pour que la réincarnation réussisse.

 

Interrogations avec les esprits instructeurs :

Comment comprendre les cas de grossesse frustrée lorsqu’il n’y a pas d’esprit se réincarnant pour construire la forme du fœtus ?

- Dans tous les cas où il y a formation fœtale, sans qu’il y ait la présence d’une entité réincarnante, le phénomène obéit aux moules mentaux de la mère.

Parmi les événements de cette espèce il y a par exemple le cas des femmes qui sont en phase de réajustement des centres génésiques. Elles nourrissent habituellement le vif désire d’être mère, imprégnant les cellules reproductrices avec des vibrations d’attraction magnétique par lesquelles elles arrivent à former avec l’aide de la cellule spermatozoïde un embryon frustrée qui se développe sous l’action constructive de la pensée maternelle qui conditionne les cellules de l’appareil de reproduction, et qui répondent selon les principes de l’automatisme et du reflex. 

 

4.2.3. Avortement provoqué

Nous allons voir maintenant le cas de l’interruption de grossesse par l’avortement provoqué.

 

Est-ce que la partie déjà formée du périsprit du corps en gestation sortira du corps spirituel de la mère en même temps que le corps physique arraché ? Cela est peu probable.

Comme nous l’avons vu dans l’exemple précédent même lorsque la mère meure, la partie déjà formé du périsprit accompagne le corps spirituel de la mère. 

 

Maintenant nous pouvons imaginer la difficulté de faire cette opération quelque que soit le niveau d’avancement de la gestation c

Il est déjà l’âme de son âme, celui qui sera la chair de sa chair. 

 

Le périsprit de l’Esprit se réincarnant, encore embryon, pouvait ne pas s’éloigner de l’organisme maternel qui cherchait à l’expulser. Cet Esprit, conduit par la haine, qui s’est réveillée pendant l’agression physique de l’avortement, a cherché a agresser le cœur de la mère pour la tuer et l’emmener avec lui dans le monde spirituel. (un exemple parmi tant d'autres à prendre en considération)

 

On peut prendre conscience de la gravité de l’avortement et de ses conséquences, par les questions qu’il soulève :

- la difficulté d’arracher le corps spirituel en même temps que le corps physique, est-elle une règle, générale ?

- est-ce que cet être rejeté et révolté restera dans le corps spirituel de la mère pour la martyriser, et l’obséder ?

- avec la haine, formera-t-il une seconde nature interférant sur la pensée de celle qu’il rejeta ?

 

Bien sûr des cas de ce type sont extrêmes, ils sont donnés à titre illustratifs. Le plan spirituel supérieur est toujours là pour veiller et protéger tous les actes négatifs de l’être humain. Lorsque des réactions de ce type sont autorisées, elles sont sûrement nécessaires pour la mère et pour l’Esprit se réincarnant, car nous ne savons pas toujours ce qui s’est passé dans leurs dernières incarnations et les liens de haine qui peut exister entre eux.

Il est possible que dans certains cas, pour de lourdes dettes, le plan supérieur laisse libre cours à ce type d’agression.

 

Lorsqu’il s’agit d’Esprit plus évolués, normalement la situation est plus calme et l’Esprit peut accepter l’acte d’avortement et pardonner en espérant avoir une autre occasion de revenir dans une situation plus équilibrée pour la mère .

 

4.2.4. Avortement thérapeutique

Il existe une seule position qui pourrait défendre la pratique de l’avortement c’est l’avortement thérapeutique, l’avortement médicalement recommandé afin d’éviter des grand dangers pour l’organisme maternel.

L’avortement thérapeutique, prescrit dans le cadre de l’éthique et de la morale, n’entraînera pas de vibrations négatives dans l’organisation maternelle, de la part de l’esprit se réincarnant car dans ce cas il sera pris en charge et aidé par l’équipe spirituelle.

L’équipe spirituelle conduira l’esprit dans l’endroit approprié où il pourra se réveiller de son hibernation qui s’est développé pendant le mécanisme de réincarnation.

Ce réveil se fera sans agitation ou idée de vengeance pour ne pas être accueilli dans ce foyer déterminé.

Nous devons faire ressortir aussi au sujet de l’avortement thérapeutique, que l’idéal serait que l’équipe médicale ait la connaissance de l’immortalité, de la réincarnation et de la loi de cause et effet (loi de causalité en fonction des vies antérieures). Avec cette connaissance les solutions qui leur seraient confiés seraient plus justes et appropriées.

 

4.3.     CONSÉQUENCES DE L’AVORTEMENT PROVOQUÉ

L’avortement provoqué constitue une des plus grandes dysharmonies pour le groupe spirituel humain.

Un esprit qui s’est réincarné, bien que rentrant dans une phase d’inconscience, s’il est repoussé et réveillé par l’avortement provoqué, va créer pour sa propre organisations une accumulation de douleurs et de désordre divers.

Se trouvant très lié à la mère, il continuera près d’elle, accouplé au périsprit maternel, avec des réactions (vengeance, pardon) qui vont dépendre de son niveau d’évolution et de son attachement à la mère.

De nombreuses névroses et de réactions psychotiques, chez les mères qui ont provoquée des avortements ont leur origine dans l’esprit qui fut logé dans son utérus, et qui réveillé par la violence du processus peut devenir un hôte qui va contribuer en raison de la dette existante au déséquilibre mental de la mère.

 

Les préjudices peuvent être essentiellement moraux, car physiquement les conséquences sont moindres, cependant il existe aussi des préjudices physiques comme nous l’explique.

 

 

Ces exemples extrêmes se rapportent à des Esprits liés à de lourdes dettes du passé, mais bien sûr nous ne devons pas faire abstraction de la clémence divine. Toutes ces conséquences négatives ne sont pas une généralité, l’Esprit peut se racheter dans le cadre d’une autre mission sur Terre et s’il veut se réincarner par amour.

 

5.        CONCLUSION

Actuellement, nous pouvons considérer le processus de l’incarnation sous un autre angle, suivant les orientations que le monde spirituel.

 

L’importance du corps spirituel dans le processus de l’incarnation, nous permet de mieux comprendre le processus de la gestation, les perturbations psychiques pendant la grossesse et les conséquences de l’avortement sur la mère et sur l’Esprit se réincarnant.

 

Cela est une pure réalité car le corps mental préside la formation du corps spirituel qui a son tour préside la formation du corps physique, dans l’intimité d’un corps de femme transformée en mère avec la responsabilité divine de création.

 

Tout ses principes, apportés par le plan spirituel, sont à notre portée et attendent d’être étudié depuis de nombreuses années.

 

La connaissance dans ses plus petits détails de la manière comment se déroule le processus d’incarnation, de l’aide apporté par les Esprits supérieurs, doit nous amener à valoriser plus notre incarnation actuelle en cherchant à profiter le plus du temps de vie qui nous est accordé pour notre progrès moral.

 

 


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.