• Consultations sur RDV
  • Sans complaisance
  • A distance
  • A domicile
Accueil » Blog » Clairvoyance, photographie de la pensée et hallucination

Clairvoyance, photographie de la pensée et hallucination

Publié le 20 mai 2022 à 08:49

QUESTIONS/REPONSES

 

 

Qu’est-ce que la clairvoyance ? 

 

C’est une sorte de seconde intelligence qui frappe le cerveau et à différentes causes. Les clairvoyants sont mis dans l’état de clairvoyance soit par leur propre extériorisation qui les amène sur le plan où résident les images, soit par un Esprit, soit encore par un magnétiseur qui leur fait pénétrer le plan astral.

 

Comment les Esprits opèrent-ils ?

 

Tout simplement par leur suggestion sur un incarné, médium auditif ou médium intuitif, l’intuition n’étant produite que par deux choses: soit la parole d’un Esprit frappant le cerveau et y imprimant sa pensée, soit le souvenir d’une autre incarnation, ou des projets formés dans l’espace avant la réincarnation. Souvent on dit de quelqu’un qu’il a la double vue on clairvoyance quand il prédit un événement le concernant or, c’est souvent un souvenir qui se réveille, souvenir d’une résolution prise avant de se réincarner, et qui vous rappelle que telle chose, ayant été acceptée par vous, va vous arriver parce que l’époque fixée est atteinte.

 

 

Y a-t-il beaucoup de l’influence de la personne qui interroge dans les expériences des somnambules, tireuses de cartes et autres ?

 

Naturellement, mais il y a aussi, de la part de la cartomancienne, beaucoup de médiumnité.

Quels Esprits viennent ?

 

Souvent, c’est un Esprit protecteur.

 

Comment le consultant peut-il avoir de l’influence dans une séance de cartomancie ?

Par le choix des cartes. Un médium vaut mieux, à cause du contact fluidique qui se fait plus facilement. Les cartes, et tout cela, ce sont des genres de médiumnité et des signes de convention grâce auxquels on communique avec nous. Si on lit dans les lignes de la main, il n’y a aucun intermédiaire puisque ceci est une science ; chacun peut voir dans ces lignes.

 

La vie de l’homme est vraiment décrite dans sa main ?

Oui.

Alors, que devient le libre arbitre ?

 

L’avenir est écrit en ce sens que les lignes indiquent vos penchants et les choses auxquelles il faut faire attention, mais, si votre raison se fortifie, vous pouvez atténuer les effets de vos tendances.

Comment se fait-il qu’une chiromancienne puisse parler d’une personne en voyant seulement les lignes de la main de quelqu’un qui tient de près à cette personne ?

C’est qu’elle voit des lignes correspondantes à celles d’un être qui est forcément dans la pensée du consultant, et que ces lignes, ainsi que la main qu’elle touche, sont empreintes du fluide de l’absent, et lui servent comme d’un véhicule pour aller trouver cet absent et voir. Cela remplace l’objet que les somnambules réclament pour voir celui auquel il appartient.

Y a-t-il vraiment un rapport entre l’écriture et le caractère ?

Oui. En général le caractère se reflète dans l’écriture, et c’est d’après les observations qu’on a faites qu’on a établi la graphologie. Seulement, dans certains cas, on se trompe à cause des écritures réapprises et réformées. La graphologie n’est pas absolue, loin de là. Elle l’est en général, c’est-à-dire chez les gens qui se laissent complètement aller à leurs penchants, mais dès qu’il y a une instruction spéciale, dès qu’une personne s’est donné la peine d’acquérir ce qui existe en ce moment, c’est-à-dire une écriture admise, à la mode, il n’y a plus à chercher d’analyse graphologique.

Pouvez-vous m’expliquer comment le caractère influe sur l’écriture ?

Oui, très bien. Le caractère se traduit par une série d’actes et de mouvements ; une personne en colère a des mouvements brusques, une nerveuse des mouvements saccadés, une personne prodigue à le geste large ; l’avare, au contraire, agit par petits mouvements pleins de réticences !... Tous ces mouvements se retrouvent dans l’écriture: le colère fera des traits lancés par la brusquerie de ses gestes, le nerveux des lettres inégales, tronquées; le prodigue, qui n’économise pas le papier, allongera ses finales par de longs traits, tandis que l’avare tassera ses lettres les unes sur les autres  je pourrais ainsi vous citer chacun des caractères de l’écriture avec son application.

 

La graphologie est-elle plus sûre que la chiromancie ?

Ce n’est pas tout à fait la même chose, mais cela a beaucoup d’analogie ; les deux sont exactes quant au caractère. La chiromancie est aussi une science, mais elle n’est pas, comme la graphologie, une manifestation de l’âme par une série de mouvements. C’est l’âme qui a façonné le corps selon son degré d’évolution, et de manière à pouvoir se manifester sans anomalie ; je veux dire sans avoir un corps en désharmonie avec l’âme qui l’anime. Pour les lignes de la main cela n’a pas beaucoup d’importance ! Chère amie, les lignes ne sont que les détails de la main, les ramilles des rameaux dont le bras est la branche ; c’est la forme de la main, ses doigts, sa souplesse ou sa dureté qui sont la base de la chiromancie ; les lignes viennent après, et sont ce qu’elles sont en raison de la forme osseuse qui sert de charpente, et en raison de la musculature plus ou moins accentuée, laquelle ne donnera pas de pli à un endroit alors qu’elle en produira à d’autres.

Les deux sciences sont donc aussi sûres l’une que l’autre ?

Oui, l’une et l’autre sont aussi certaines pour ce qui est du caractère. Quant à ce qui regarde l’avenir, c’est un peu moins précis, parce que la déduction veut que certaines lignes existantes en provoquent d’autres, et c’est ce qui établit l’avenir. Par qui sont données les prémonitions d’un ordre insignifiant ou banal qui ne peuvent se rapporter à des visions dans l’aura de celui qui extériorise cette aura ? Les personnalités de qui proviennent ces prémonitions-là sont de deux natures : pour les médiums, ce sont les Esprits pour d’autres, c’est l’extériorisation des sens astraux et de la personnalité même de celui qui a la prémonition.

 

Toutes ces images que les voyants ou les extériorisés voient dans l’astral sont le produit des projets d’avant la réincarnation et du schéma des existences, ainsi que des pensées et désirs des incarnés ?

Oui. Dans les images projetées par des probabilités, tel acte engendre tel autre ; un événement, avant de se produire, germe et est visible pour les personnalités extériorisées.

Les images de l’astral sont plus ou moins condensées et visibles pour les clairvoyants ?

Plus les choses appartiennent au passé ou au présent, plus les images sont condensées puis qu’elles sont renforcées par le fait de leur réalisation sur le plan physique. Quant aux images de l’avenir, les grandes lignes, les lignes fatales, sont très nettement marquées parce qu’elles ont un point d’appui sur l’équilibre général, mais, de ces lignes immuables partent une quantité de probabilités plus ou moins sérieuses. Ceci est moins marqué parce que ce ne sont que les germes dont je vous ai souvent parlé. Vous savez qu’en ce qui concerne les germes les uns font tort aux autres, car tous ne se développent pas également ; deux germes voisins sont appelés à une sélection en faveur de celui qui sera le plus fort et accaparera la sève entièrement. Ceci, c’est ce que j’appellerai la voie du libre-arbitre, et c’est ce qui change une fatalité imbécile en un avenir dont les incarnés peuvent utiliser les chances suivant leurs capacités, leur intelligence ou leur volonté. Donc, ces germes astraux sont peu apparents, et ils ne deviennent plus visibles qu’à mesure de la sélection qui amoindrit les uns pour renforcer ceux qui doivent, selon toute probabilité, subsister. 

 

Pourquoi certains voyants voient-ils mieux avec les yeux ouverts et d’autres avec les yeux fermés ?

 

Il y a deux genres de vision. Les uns voient de manière à ne pas savoir si c’est oui ou non une vision, d’autres ont une vue intérieure. Pour ceux-ci, la vision s’exerce seulement sur l’organe périsprital. Dans le premier cas, le périsprit transmet à l’œil sa vision. Dans l’autre cas, le périsprit se passe de l’œil matériel et transmet sa vision au cerveau ; c’est une action qui s’exerce derrière une porte fermée.

Dans le second cas, la vision est moins nette ?

Elle n’est pas moins nette, mais le médium se rend compte parfaitement que ce qu’il perçoit est une vision, puisque cette vision ne se transmet pas à l’œil matériel, et qu’elle passe du périsprit au cerveau qui l’enregistre pour s’en souvenir. Le second cas peut se présenter les yeux fermés ou les yeux ouverts, mais, si les yeux sont ouverts, ils ne voient rien et sont généralement baissés et dans le vague. Dans le premier cas, on a toujours les yeux ouverts, puisque l’œil périsprital transmet sa vision à l’œil matériel. Ceux qui voient les yeux ouverts sont ceux pour qui la matière s’efface devant la substance fluidique astrale ; l’image vient à eux, fait le vide, couvre les murs d’une couche fluidique, comme s’il y avait là un écran pour reproduire les images. Au contraire, ceux qui voient les yeux fermés font un peu de chemin vers l’au-delà, et leurs visions leur apparaissent sans qu’on ait besoin de masquer la matière, puisqu’ils se transportent sur un plan où la matière n’existe pas. 

La théorie émise par M. de Tromelin au sujet des sourciers ou baguettisants est-elle vraie ?

Le baguettisant influence, polarise, biolise la baguette qu’il tient entre ses mains, par suite de l’influence du champ psychique du sourcier sur sa baguette. Or cette baguette est elle-même influencée par le champ qui émane et rayonne d’un cours d’eau ou d’un gisement de minerai. Il en résulte un certain état d’équilibre entre toutes les actions des champs s’influençant réciproquement, et, du moment que le corps du sourcier recèle des forces capables de faire mouvoir sa baguette (force biolique), on conçoit que, quand l’uniformité ou l’homogénéité du terrain vient à changer, l’équilibre de la baguette tenue par le sourcier puisse être rompu. De là ses mouvements divers. Mais j’ajoute encore: pour que ces actions très faibles puissent réagir sur le sourcier et sa baguette, il faut que le sourcier soit un sensitif, ou qu’il possède ce genre de médiumnité sans lequel rien ne se produirait.

La réussite de ces phénomènes est donc, avant tout, limitée aux facultés spéciales physiques et psychiques du sourcier.

Oui c’est cela ; c’est très bien.

Comment se produit la photographie de la pensée ?

Le médium extériorise une image qui, grâce à ses fluides, prend assez de consistance pour être photographiée.

On dit que, si un cerveau est capable d’influencer une plaque sensible, à plus forte raison peut-il influencer un autre cerveau ?

. Non. Il est plus facile à une image de la pensée de se photographier sur une plaque qu’à un cerveau d’être influencé d’une manière précise.

C’est bien compréhensible : qu’y a-t-il de plus passif qu’une matière comme une plaque ? Trouvez-vous la même placidité dans le cerveau ?

Non, n’est-ce pas ? Pour que le cerveau vibre à l’unisson, il faut qu’il soit passif et reçoive la pensée qu’on lui envoie, très nettement, or, un cerveau qui pense est une sorte de miroir sur lequel viennent se refléter des images diverses !... Il est naturel que les images projetées par l’âme sur le cerveau qui lui est donné pour se manifester, soient reçues en premier lieu, et, si elles sont assez fortes pour absorber les vibrations cérébrales, aucune autre pensée transmise ne pourra s’y greffer. 

Une hallucination peut-elle être vraiment réelle ces deux mots : « Hallucination véridique » ne jurent-ils pas ensemble ?

On ne sait pas au juste ce que c’est que l’hallucination, rien ne prouve que ce ne soit pas une vision très réelle. Ce mot a pris racine à une époque où, le spiritisme n’étant pas à l’ordre du jour, on traduisait vision par hallucination, et on rejetait ce phénomène dans le domaine de la fièvre ou de la folie. Certes, je crois que la fièvre peut engendrer des visions fausses, mais elle peut produire aussi une extériorisation partielle qui, sans porter l’âme assez haut pour qu’elle pénètre dans le domaine de l’au-delà, peut la faire parvenir à la sphère inconsciente, où une quantité d’images flottent et passent devant le cerveau du malade. Dans un autre ordre d’idées, je crois que, très souvent, on dit hallucination parce qu’on ne peut s’expliquer la vision réelle.

 


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.