• Consultations sur RDV
  • Sans complaisance
  • A distance
  • A domicile
Accueil » Blog » Texte psychographié : message spirituel

Texte psychographié : message spirituel

Publié le 17 mai 2022 à 08:31

Je ne reconnais aucune faiblesse en l’homme qui aime et qui pleure.

J’ai eu maintes fois l’occasion d’entendre dire que l’on ne doit en aucun cas verser des larmes ; que l’homme doit aimer et souffrir sous le signe du plus grand silence, car c’est, par sa sérénité, sa droiture et son impassibilité en certaines circonstances, qu’il se fera respecter.

Au cours des jours, des mois et des années qui se suivent, il faut que l’homme soit toujours en alerte, qu’il n’oublie jamais le rôle qu’il s’est imposé. Mais je n’admettrai jamais que l’on puisse affirmer pareilles choses et critiques sur ceux qui aiment ou qui pleurent. Je n’admettrai jamais que l’on puisse dire et répéter que l’homme ne doit sous aucun prétexte manifester ses sentiments dans sa vie privée et encore moins devant la société.

Ainsi, qui est-ce qui pourrait me reprocher d’éprouver une émotion lorsque je me trouve devant celle qui a mis ses jours en danger pour me mettre au monde et qui s’est dévouée avec tant d’amour et d’abnégation pour réaliser ce que ses efforts et les miens ont désiré ?

Serait-ce faire preuve de faiblesse, lorsque serrant dans mes bras celle à qui je dois l’existence et tout mon être, je dépose un baiser sur son front, tandis qu’une larme coule de mes yeux et que de mes lèvres s’échappe ce doux mot maman.

Tout bien analysé, serait-ce une faiblesse que de prononcer ce mot avec un sentiment sincère d’amour ? Serait-ce une tare chez un homme, si illustre qu’il soit, que de manifester son sentiment et de professer devant la société ce qu’il aime ?

Qui a-t-il de plus beau, quelle plus noble image, lorsqu’on se trouve dans une assemblée, que de voir et d’entendre vibrer ces cordes sincères qui ne peuvent se retenir d’exalter un amour vrai et profond ? 

Eh bien, sachez que l’amour bien senti, c’est l’arme la plus vaillante, l’arme imbattable qui permettra toujours de triompher des plus grandes difficultés. Dans une conférence comme dans la discussion, dans la plus grande lutte comme dans la plus haute étude, lorsqu’on aime, lorsqu’on sent véritablement, lorsqu’on vit le sujet on a toujours l’avantage. Car c’est le vrai sentiment qui parle alors et qui fait vibrer ce que l’on aime, que l’on ne cesse et que l’on ne pourra cesser d’aimer.

Avez-vous vu quiconque se manifester dans une académie, une conférence ou tout autre lieu semblable ? L’auditoire attend des lèvres, de l’esprit, de l’intelligence de l’orateur, l’exposé que celui-ci se propose de faire. Or, la première chose que l’on cherche à pénétrer, c’est de savoir si ce que va dire le conférencier est bien réel, si le sujet traité est bien senti et surtout aimé, car si l’amour règne en l’orateur, le masque de l’hypocrisie ne pourra jamais s’incruster sur sa figure. Le sentiment de cet amour sincère et vrai se reflète en une belle image et ses paroles pénètrent profondément chez tout être qui connaît ce qu’est l’amour vrai.

N’oubliez jamais que l’être qui aime et qui sait pleurer n’est ni un taré, ni un faible et qu’il peut se présenter sans honte devant la plus haute comme devant la plus humble société.

 


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.