• Consultations sur RDV
  • Sans complaisance
  • A distance
  • A domicile
Accueil » Blog » Texte psychographié : l'espérance

Texte psychographié : l'espérance

Publié le 12 mai 2022 à 08:13

Lorsqu’un rayonnement puissant atteint les âmes, il leur donne tous les courages ; il leur fait
entrevoir, en les berçant, l’infini, l’azur où se meuvent les sources les plus puissantes ; il leur
souffle doucement : « Toi qui chemines dans l’existence terrestre au milieu de mille
privations, au milieu de mille difficultés, sois courageux, vie de l’espérance, mon ami, garde-la près de toi, elle t’aidera à progresser malgré les maux de la vie ».


Avec l’espérance, on est prêt à tous les sacrifices ; quand l’espérance est là, on se dit : « J’ai la
force de vivre, j’ai la force de me priver, j’ai la force de combattre, de lutter pour l’existence,
parce que l’espérance m’illumine ; ses chauds rayons me traversent, m’animent, me
transportent et font de moi un être vaillant.


Espérance ! Sans toi les hommes sont malheureux, sans toi il serait difficile de vivre ; tu es la
goutte de rosée qui vient à propos pour soulager ; tu viens fortifier et retremper les âmes
endolories par le lourd poids de l’existence.


O déshérités de ce monde ! Travailleurs infatigables qui vous levez avant l’aube et vous
couchez tard, espérez ! Des jours meilleurs vous attendent ; plus tard votre âme, délivrée de la matière, pénétrera doucement dans les rayons infinis de l’immensité. Des hauteurs
incommensurables où elle se trouvera, elle regardera ses sœurs sur la Terre et elle leur
soufflera : « J’étais comme vous, j’ai lutté, mais j’ai espéré ! Espérez donc à l’avenir
immortel ! »


O vies ignorées ! Vies obscures ! Vies de sacrifices constants, vous que la maladie, la misère
ou le froid étreignent, espérez ! L’espérance vous emporte, elle ne vous laisse pas dans les
profondeurs du tombeau ; elle fait monter votre âme vers de chauds rayons, elle l’élève au-dessus de la Terre et vous fait communier avec l’immensité.


Espérez donc, ô âmes qui luttez, espérez donc, ô mères ! Espérez donc, enfants abandonnés
seuls dans l’existence ! Au moment où les plus cruelles souffrances vous atteignent, au
moment, hélas, où la maladie et la mort viennent visiter votre demeure, espérez ! ayez foi,
ayez confiance ; les êtres chers qui vous sont ravis vous attendent dans l’infini, et de là vous
envoient leurs pensées pour vous soutenir.


O malfaiteurs ! Qui, sur Terre, vous rendez coupables de tant de crimes, vous qui ne
comprenez pas l’horreur de vos actes, vous qui ne comprenez pas qu’en faisant du mal à votre
semblable vous aurez à en souffrir plus tard ; ô assassins ! Qui vous acharnez sur votre
victime ; ô êtres perverses de la Terre ! Que la parcelle de vie qui anime les hommes de bien
puisse vous animer aussi, frapper votre conscience, la réveiller et vous faire espérer qu’en
réparant vous trouverez le bonheur.


O êtres égoïstes ! qui ne vous souciez pas des besoins de votre semblable, du malheureux qui
n’a pas d’asile, qui ne sait où reposer sa tête, que le rayon de l’espérance vienne vous frapper,
qu’il vous apprenne que l’égoïste souffre terriblement, qu’il est grandement coupable de
laisser un frère dans l’infortune. La fortune que vous possédez ne vous appartient pas, vous
devez donc donner au malheureux la part qui lui revient et qui lui est due. Il est plus facile de
donner que de recevoir, car c’est par l’humiliation, par expiation que l’on reçoit.


O Espérance ! Foyer divin, le désir des penseurs, des hommes de bien est que ta flamme
puissante anime tous les cœurs, tous les êtres désespérés, et que, doucement bercés par cet
espoir qui transporte, l’avenir leur soit meilleur.


Humanité ! Tu gravis lentement et péniblement les échelons du progrès, mais regarde plus
haut vers l’infini ; l’espérance et la foi qui se donnent la main t’attendent. Elles te
disent : « Ton âme fatiguée viendra un jour se reposer ici ». Déjà, pendant ton sommeil, ton
âme vient se retremper dans la mère patrie ; elle vient chercher des forces, et le matin, à ton
réveil, ce qui t’avait paru difficile la veille te semble facile.


Lorsque vous allez prendre le repos du soir, ayez soin de faire la paix en vous, d’éteindre le
feu de vos passions, de demander pardon à Dieu des fautes que vous avez commises pendant la journée ; alors votre âme, plus libérée, s’échappera plus facilement ; elle saura mieux comprendre les pensées bienveillantes ; elle pourra mieux s’imprégner des effluves divins qui lui donneront le courage de vivre.


O Espérance ! Accompagne tous tes frères terrestres, illumine-les et dis-leur que lorsqu’on
espère, on a toutes les forces, on a toutes les joies et on peut faire tous les sacrifices.
Que l’espérance soit le phare lumineux pour vous conduire.
C’est le vœu d’un penseur.


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.