• Consultations sur RDV
  • Sans complaisance
  • A distance
  • A domicile
Accueil » Blog » La délivrance : mon témoignage

La délivrance : mon témoignage

Publié le 5 mai 2022 à 08:53

Cet acte permet à des esprits en souffrance connaissant le trouble de retrouver leur au-delà, ou à des esprits endurcis de cesser leur noir dessein en influençant les vivants. En délivrant les mauvais esprits, nous leur faisons prendre conscience d’un sentiment qui leur était jusque-là inconnu, l’amour, mais nous leur permettons aussi d’inscrire leurs pas sur un nouveau chemin qui sera long, celui de la conscience.

 

L’importance de cette mission dans le parcours évolutif des esprits qui ont été délivrés et pour ceux qui auront besoin de l’être après leur désincarnation.

 

1) Qu’est-ce un médium à délivrance ?

Un médium dit à délivrance est une personne qui a une sensibilité médiumnique particulière, qui a la capacité à recevoir la souffrance des esprits dans le trouble comme celle des esprits dits «du mal». Nous pouvons dire que le médium est le catalyseur de tous ces esprits troublés, celui qui capte fluidiquement l’ensemble de cette souffrance et qui, par son intermédiaire, va leur permettre d’être libérés. Mon témoignage.

 

2) Quand et comment as-tu su que tu avais ce potentiel ? Étais-tu surprise par cette révélation ?

Au cours d’une séance spirite que mon guide se manifesta pour me révéler et m’inviter à participer à cette mission de délivrance que j’avais choisie avant de me réincarner. Ainsi, j’allais devenir le catalyseur du mal et de la souffrance et permettre à tous ces esprits de rejoindre l’au-delà et leur guide. Je fus agréablement surprise car pour moi cette mission de délivrance était une grande et belle mission.

 

. 3) Depuis quand délivres-tu des esprits ? Est-ce qu’il y a un travail de développement nécessaire pour les délivrer ?

 

Depuis que je suis enfant, je m'occupe de la délivrance des esprits et j'ai pu apprendre à d'autres spirites de le faire à leur tour. Non, il n’y a pas à proprement parler nécessité d’un travail de développement pour cette mission de délivrance, contrairement aux autres médiumnités qui, quant à elles, nécessitent un apprentissage. Pour rappel, le développement d’une médiumnité nécessite un travail régulier, rigoureux et assidu. Ainsi, chaque semaine pendant plusieurs mois, voire plusieurs années, le futur médium exercera sa faculté pour recevoir le plus fidèlement et le plus justement possible la pensée des Esprits qui désirent transmettre leur message. En revanche, la médiumnité à délivrance, telle que nous l’avons définie, n’étant pas une médiumnité par laquelle des messages seront délivrés, ne nécessitera donc pas cette phase de développement. En revanche, le travail et la répétition de ces séances permettront au médium d’affiner progressivement sa sensibilité médiumnique à recevoir le mal ou la souffrance.

 

4) Nous entendons parfois le terme «passeurs d’âmes», dans des films ou utilisé par les médias, que penses-tu de ce terme ? Peut-on l’utiliser pour parler des médiums à délivrance ?

 

Un «passeur d’âmes» est un terme que l’on entend effectivement de plus en plus depuis quelques années (courant New-âge).  Cette idée de délivrance a sans doute inspiré d’autres groupes ou personnes seules ayant le désir d’aider des esprits en souffrance à rejoindre l’au-delà. C’est de là sans doute qu’est né le terme de «passeur d’âmes». Leurs intentions sont identiques aux autres médiums de délivrance.

 

5) Est-ce que tous les médiums à délivrance peuvent délivrer tous types d’esprits, souffrants ou mauvais ?

Oui, le catalyseur médiumnique peut recevoir autant les esprits souffrants que les esprits du mal. Le plus souvent, le spirite qui débute cette mission commencera par délivrer la souffrance. Puis, progressivement, il pourra être invité à délivrer les esprits du mal. Certains spirites ont réalisé soit l’un, soit l’autre et parfois les deux.

 

6) Comment se déroule une séance de délivrance ? Comment te mets-tu en condition ?

 

Avant de débuter une séance de délivrance, le médium se recueillent sur une musique douce durant plusieurs minutes. Il a conscience de la gravité et du sérieux de l’acte qui va avoir lieu. Personnellement, avant la séance,  je me recueille et prie les Esprits et plus particulièrement mon guide pour qu’il m’assiste et m’aide à accomplir au mieux mon rôle dans cette séance. Pour qu’il y ait séance de délivrance du trouble ou du mal, les Esprits qui guident la séance, la préparent en amont, en regroupant, en rassemblant les esprits souffrants ou mauvais à délivrer puis, quand la séance débute, les poussent  vers le médium qui va les catalyser.

Une prière sera lue à l’attention de tous ces esprits qui vont entendre et ressentir cette prière, ainsi que les pensées du médium. Ils exprimeront alors leurs souffrances par des cris, des râles, des pleurs. Les fluides des participants et la lecture de cette prière les pénètreront pour progressivement les conduire vers leur libération, vers l’apaisement de leur souffrance. Puis tout redeviendra calme. Les esprits mauvais, quant à eux, vont avoir une manifestation différente, ils vont ricaner, insulter, cracher, essayer d’atteindre le médium. Leurs gestes seront plus violents, plus agressifs. La manifestation est un peu plus physique. Le processus de délivrance est sensiblement le même que pour le trouble à cette différence près qu’à la fin de la séance, les esprits du mal prononceront un «Pardon mon Dieu !» dans un cri déchirant. Après ce pardon, la manifestation s’arrête et le médium revient à lui. Généralement, une séance de délivrance du trouble ou du mal dure environ vingt à trente minutes. (le mieux de ces séances et d'être deux)

 

7) Est-ce que lors d’une séance de délivrance, on peut dire que tu es possédée lorsque ce sont des mauvais esprits qui se manifestent ? Es-tu consciente lors de la séance de délivrance ?

C’est une forme de possession, mais nous parlerons plus de catalyseur, de réceptacle qui permet de capter fluidiquement la présence collective des esprits souffrants ou des mauvais esprits qui vont se manifester. Le médium va alors être enveloppé par leur présence fluidique et son corps va leur permettre de s’exprimer. Le médium doit se mettre en condition pour permettre la manifestation, c’est ce que nous appelons le «laisser-aller». Nous pouvons dire que ce «laisser-aller» est difficile à réaliser, car notre conscience est présente, notre esprit est présent, légèrement décorporé, mais présent dans notre corps physique. Nous pouvons perdre certains repères comme la notion de temps et d’espace. Je dirai que nous sommes un peu comme dans du coton. Cette incorporation était très importante, car elle permettait le dialogue avec l’esprit, de comprendre sa psychologie et ainsi parvenir progressivement à le déstabiliser et à le faire plier.

 

8) Est-ce déjà arrivé que les esprits à délivrer ne le soient pas au cours de la séance ? Si oui, quelles en sont les raisons ?

 

Oui, cela s’est déjà produit à de nombreuses reprises. Il peut y avoir plusieurs raisons : la première, plus rare, est que le médium ne soit pas suffisamment concentré ou sérieux. Les pensées ainsi que les prières pendant la séance sont très importantes ; si le médium ne prend pas la mesure de cette action, les pensées seront moins fortes, moins puissantes et auront plus de mal à atteindre les esprits à délivrer. La deuxième est que le médium peut avoir une difficulté à se laisser aller et cela amoindrira automatiquement la manifestation totale et plus probante des esprits. Son «moi pensant» étant trop présent, l’objectif espéré ne sera pas atteint. La troisième raison incombera plus aux esprits à délivrer directement. S’ils sont retors, endurcis, ils peuvent feindre le pardon prononcé à la fin de la séance et repartir en s’étant joué de nous. Ils se trompent dans un mauvais calcul, car nous savons que les esprits guides qui préparent la séance, sauront les rediriger vers le médium la semaine suivante et là, ils seront enfin délivrés.

 

9) Qu’arrive-t-il aux mauvais esprits ainsi qu’aux esprits souffrants après leurs délivrances ?

Pour les mauvais esprits, la séance de délivrance se conclut par un pardon prononcé à Dieu. Ce pardon n’est qu’une première étape à partir de laquelle tout commence pour eux. Dans un premier temps, ils vont se libérer de leur état de trouble et quitter le bas astral pour rejoindre l’au-delà. Nous savons que les mauvais esprits vont connaître, suite à cette délivrance, plusieurs étapes avant de pouvoir rejoindre leur guide. Ces étapes seront difficiles pour eux mais nécessaires pour leur devenir. Quant aux esprits souffrants, ils vont être pris en charge par leur guide qui sera là pour leur redonner force et confiance. Suivant la nature de leur traumatisme, plusieurs thérapies peuvent être mises en place dans l’au-delà pour les aider à les dépasser et ainsi retrouver l’équilibre nécessaire pour poursuivre leur chemin de vie.

 

10) Que représentent les délivrances ? Quelles sont les conséquences de ces délivrances ?

 

Chaque jour sur la Terre, des hommes, des femmes, des enfants, quittent le globe le plus souvent dans le drame et la souffrance. D’autres, quant à eux, sont des esprits inférieurs et mauvais qui, eux aussi, sont en souffrance. Tous ont besoin d’aide. C’est pour cette raison que l’action de délivrance représente une mission essentielle pour libérer le trouble de notre planète et c'est pour cela que je me  suis inscriet dès mes débuts, par la volonté de l’au-delà, dans la réalisation de cette belle et noble mission, celle de délivrer le bas astral de la Terre. Et pour réaliser cette mission, il y a besoin de médiums pour permettre ces actions libératrices. Quelles en sont les conséquences ? En premier lieu, en délivrant les esprits souffrants et les mauvais esprits, nous permettons de dégager le bas astral de la planète Terre, nous permettons de faire cesser leurs souffrances, car vivre un trouble perpétuel ne leur permet pas d’avancer, ne leur permet pas de suivre leur chemin évolutif. Nous leur permettons ainsi de se réincarner dans d’autres circonstances, de se réincarner en conscience, de préparer leur retour dans la matière en faisant des choix de vie. En second lieu, la planète Terre est une planète dite inférieure au regard de ses injustices, de ses guerres, de ses crimes, que notre humanité a connue et connait encore aujourd’hui. En délivrant tous ces mauvais esprits, nous empêchons également toutes les influences négatives que ces derniers pouvaient avoir sur certains humains incarnés. Globalement, toutes ces actions libératrices participent de l’évolution de la planète Terre.

 

11) Est-ce que vous avez eu des nouvelles d’esprits mauvais ou souffrants qui ont été délivrés ? Avez-vous eu des informations sur leurs états après leurs délivrances ?

 

Oui, de nombreux témoignages d’esprits qui ont été délivrés, ils se sont manifestés quelques temps après leur délivrance pour témoigner de leur vécu et m' expliquer l’état d’esprit dans lequel ils se trouvaient avant, pendant et après cet acte d’amour. Ils nous ont fait part de leurs réflexions, leur désarroi mais également leurs éternelles reconnaissances et remerciements pour leur avoir permis de s’éveiller à la vie. Egalement des nouvelles d’esprits souffrants qui ont été délivrés. Ils m'ont expliqué la souffrance qu’ils vivaient, leur ressenti pendant la séance et comment ils avaient été pris en charge dans l’au-delà. Dans leurs témoignages, ils m'ont remerciés pour leur avoir permis de ne plus souffrir, de retrouver leur guide dans cet autre monde et d’être libres. Ces délivrances et ces témoignages sont poignants et percutants, ils viennent justement m' interpeller, me faire réfléchir. Je réalise que la pensée, l’amour et le pardon apportés à ces esprits, permettent de les faire avancer sur le long chemin de l’évolution. Nous avons par toutes nos vies vécues, traversé le mal et la souffrance. Un Esprit est venu m'indiquer le sens même de ce chemin nous menant vers l’évolution : «Lorsque l’homme avance, il ne peut qu’avancer dans une seule direction et surtout ne jamais se retourner. Il est entendu qu’il traverse à ce moment précis beaucoup de difficultés, beaucoup de souffrances, beaucoup d’embûches, beaucoup de mal. Ne faut-il pas traverser le mal pour atteindre le bien, pour atteindre la quiétude ?» n

 

 

 

 

 


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.