• Consultations sur RDV
  • Sans complaisance
  • A distance
  • A domicile

Y a-t-il autre chose que la matière à lorsqu'on œuvre dans le vivant ?

Publié le 3 mai 2022 à 08:42

 

Qu'est-ce donc que ce fluide vital ? y aurait-il aujourd'hui dans la science une dénomination plus précise qui nous renseigne sur sa nature ? ou bien cette notion est-elle complètement rejetée par les partisans du matérialisme ?



Le réductionnisme matérialiste d';aujourd'hui prétend expliquer le vivant et se fonde sur le mécanicisme de Descartes : 

Dans la philosophie mécaniste, la nature est conçue comme une immense machine suivant des lois qui en expliquent la régularité. Descartes étend cette conception au vivant (hormis l'homme), défendant la célèbre thèse de l'animal-machine, selon laquelle les prétendues douleurs des animaux ne sont que des dysfonctionnements dans les rouages de la machine.

 

Les scientifiques d'aujourd'hui reconnaissent d'un côté que la vie reste un mystère mais d'un autre que le voile se lève petit à petit. La grande majorité d'entre eux pense que les lois matérielles connues à notre époque suffiront à expliquer la vie. Ce n'est qu'une question de temps. Certes, le degré de sophistication de la vie est immense, mais ce n'est pour eux qu'une question de patience et de moyens avant que nous ne disposions d'une description complète des mécanismes vitaux. 

 

  1. Le vitalisme :

Le vitalisme est une conception s'opposant au mécanicisme selon laquelle tous les organismes vivants sont doués d'une force vitale qui est la cause de tous les phénomènes de la vie dans le corps es vitalistes ne veulent reconnaître dans l'homme qu'une force : le principe vital, et ils prétendent qu'il suffit à tout expliquer...

Dans le corps humain, ce principe agit de la même manière que dans la plante ; il nourrit les cellules des tissus, les remplace sans que l'âme en ait conscience et, de plus, il agit encore, même après la mort, puisque l'on a trouvé certains cadavres sur lesquels les cheveux et les ongles avaient poussé


Dans le vitalisme, le principe vital engendre et gère tout : aussi bien le métabolisme que la vie de l'esprit. C'est donc lui qui est censé engendrer l'âme. 


Les phénomènes de digestion, d'assimilation, de circulation du sang sont indépendants de la volonté, ils s'opèrent sans la participation de l'âme. Donc il existe un principe vital, mais il ne peut rendre compte de toutes les modalités humaines.

Si le principe vital engendrait l'âme, celle-ci aurait conscience de toutes les modalités de la vie. Or, l';âme semble complètement étrangère aux processus qui se jouent dans le corps : ceux-ci ont lieu de façon inconsciente.

 

2) L'animisme :

 

l'animiste ne se contente pas de subordonner la matière à la vie, mais, qui plus est, il soumet la vie à la pensée. Les philosophes d'inspirations vitalistes considèrent au contraire l'activité intellectuelle comme fondamentalement subordonnée à la « vie ». »

 

Voici les principes de l'animisme :

- Tout ce qui existe, et particulièrement ce qui est mobile dans l’espace, ce qui est vivant, recèle une âme.

- L'essence de cette âme est la force, douée de puissance variable et se localisant inégalement dans l'univers.

- À côté de ces forces-émanations, résultantes des vibrations créatrices, se placent les êtres-forces, les âmes personnifiées douées d'intelligence et de volonté.

L'âme de l'homme, sur qui est centrée la création, constitue un exemple remarquable de ces êtres-forces personnifiées.

L'âme désincarnée, nourrie par le viatique des sacrifices funéraires, sublimée et purifiée par les épreuves, se mue en force supérieure par la relation avec le minimum, centre de création ou de génération de toutes les forces existantes.

 

 Les animistes, enfin, espèrent tout expliquer par la seule action consciente ou inconsciente de l'âme. Si nous pouvons admettre que les phénomènes intellectuels sont directement le produit de l'âme, les actions de la vie organique doivent être attribuées à une autre cause, car on ne peut comprendre l'action qu'exercerait une force immatérielle sur la matière du corps   

 

Le principe vital est la cause de la vie végétative ;

Le périsprit régule la vie organique ; L'âme agit sur le corps. 

Le principe vital ayant une existence bien démontrée, nous l'acceptons comme une cause de la vie végétative. Il reste à faire saisir de quelle manière s'exercent les actions automatiques qui se passent dans le corps humain. La notion du périsprit va nous faire comprendre comment le double fluidique peut être considéré comme le régulateur de la vie organique, ce qui donne raison, dans une certaine mesure, aux organiciens. Enfin, les animistes peuvent se rallier à nous en voyant de quelle manière nous expliquons l'action de l'âme sur le corps.

    Ce qui nous reste à dire, c'est comment le périsprit peut avoir acquis toutes les qualités nécessaires au fonctionnement d'une merveille comme le corps humain. Il faut que nous établissions par quel procédé cette organisation fluidique peut diriger les différentes catégories d'actions organiques qui composent la vie.

    Suivant nous, plus l'esprit s'élève, plus son enveloppe s'épure ; donc, en regardant en arrière, nous pouvons dire que, plus cette enveloppe est grossière, moins l'esprit est avancé ; d'où cette conclusion que l'âme humaine, avant d'animer un organisme aussi parfait que le corps de l'homme, a dû passer par la filière animale. 

     

    Description globale :

     

    On retrouve la présence du corps à gauche et du périsprit à droite qui est l'enveloppe de l'esprit, principe intelligent. Le périsprit est fait d'une matière extra-physique. Elle est présente dans notre espace temps mais n'interagit pas avec la matière physique inerte que nous connaissons. Le périsprit peut donc traverser les murs sans problème ! Par contre, le périsprit est bien tangible et consistant dans le monde spirituel.

    Entre le corps et le périsprit, il y a l'obligation d'un intermédiaire qui peut faire le pont entre les deux mondes, le monde matériel et le monde spirituel, ce qui ne peut être que le fluide universel, base commune de tout type de matière, physique ou extra-physique.

     

    L'âme vitale

     

    Ce qu'on appelle le fluide vital est en fait structuré en un véritable corps appelé âme vitale. Il est le lieu où deux types d'électromagnétisme se rencontrent et interagissent. Une partie, celle de gauche de l'âme vitale est faite d'éléments physiques habituels de notre monde matériel. C'est surtout un champ électromagnétique. Ce champ peut avoir une action particulière lorsqu'il sort de la matière du corps, il peut la transformer et la condenser pour prendre la forme d'une matière blanche, grise ou invisible appelée ectoplasme. La partie de droite de l'âme vitale est constituée d'un électromagnétisme extra-physique, complètement invisible aujourd'hui pour nous, comme l'est le périsprit. Le lien vital représente les échanges d'information entre la partie matérielle de l'âme vitale et le corps. Il est étirable sur une dizaine de mètres. Le lien astral représente les échanges d'informations avec le périsprit ou âme sensitive (siège de toute sensation fondamentale). Il est étirable à l'infini.

     

    Le couplage

     

    Entre les deux mondes, au cœur de l'âme vitale, deux types d'électromagnétisme se rencontrent. Il semble qu'ils doivent être guidés par des canaux, des sortes de fils. C'est ainsi qu'une perturbation telle qu'une maladie du corps se propage jusqu'au périsprit et réciproquement, l'esprit et le périsprit peuvent agir sur le corps. Ce lien entre les deux électromagnétismes constituent l'essence de la vie. C'est cette propriété d'interaction, nous avons dit de couplage, qui est réalisée par le fluide universel :

    Il semble résulter de là que la vitalité n'a pas son principe dans un agent primitif distinct, mais dans une propriété spéciale de la matière universelle, due à certaines modifications. 

     

    L'ectoplasme

     

    L';ectoplasme extériorisé semble animé d';une vie factice : il se développe, s';enroule, se rétracte, comme mu par une force intérieure. Quand Conan Doyle tente de le saisir, il bouge, glisse et se dérobe. C'est comme si cette matière, qui au point de vue chimique ne semble rien avoir d'extraordinaire, était vivante et avait donc assimilé le fluide vital du corps vivant lui-même. L';ectoplasme est capable de prendre des formes diverses, y compris de différents organes comme des mains ou des têtes, ce n'est pas sans rappeler la capacité du corps à bâtir des formes tridimensionnelles, morphogenèses si mal comprises encore à notre époque. 

     

    Décomposition 

     

    Lorsque l'âme vitale est extériorisée, elle ne peut pas aller bien loin et les liens qui la relient au corps doivent absolument ne pas être brisés. Dans le cas contraire, un choc violent peut être répercuté au niveau du corps physique. Si ce « fantôme » est envoyé au loin, c'est-à-dire à des distances supérieures à plusieurs dizaines de mètres, cette âme vitale absolument nécessaire à la vie rentre automatiquement dans le corps, laissant ce que Lancelin appelle « l'aérosôme 2 », l'âme sensitive du schéma, parfois aussi appelé corps astral, seul extériorisé. 

     

     


    «   »

    Ajouter un commentaire

    Commentaires

    Il n'y a pas encore de commentaire.