• Consultations sur RDV
  • Sans complaisance
  • A distance
  • A domicile

Texte psychographié : la vie de famille

Publié le 22 avril 2022 à 08:23


Lorsqu’on jette un regard sur les nombreuses familles de la Terre, c’est le cœur serré que l’on
voit les plaies profondes dont certaines d’entre elles sont atteintes.
La vie de famille ne consiste pas seulement à dire : « J’ai un père, une mère, des frères ou des
sœurs ! » Non, là n’est pas la vraie vie de famille. Ce qu’il faut voir c’est l’entente qui règne
dans le foyer, c’est la grâce de chacun de ses membres.
Ne voit-on pas fréquemment les membres d’une même famille se haïr, se faire les pires
vilenies et se refuser l’aide fraternelle ?
C’est la vie de famille qu’on peut juger de l’évolution des âmes qui habitent la Terre. Si tous
les membres d’une même famille avaient l’âme grande, la conscience pure, les aspirations
élevées, vous ne verriez pas, dans son sein, les discutions et les mésententes que vous y
constatez.
Et si dans la famille l’entente n’existe pas, comment voulez-vous que les nations se tendent la
main ?
C’est dans l’intérieur d’un foyer que l’on peut le mieux juger la valeur d’une âme, parce que
c’est là qu’il faut faire le plus d’effort pour arriver à vivre en harmonie.
Il ne faut pas mesurer l’effort que l’on fait en disant : « Pourquoi Paul ou Jacques ne fait-il
pas le même effort que moi ? » L’âme sereine ne dit rien ; elle suit le chemin que la
conscience lui trace ; elle n’est détournée ni arrêtée par rien et, par ses exemples, elle stimule
ses frères ; elle réchauffe le foyer et lui donne un air gai, accueillant, qui fait dire : « Il fait bon
vivre ici ! »
Pour arriver à donner cette chaleur à un foyer. Il faut que les membres qui le composent
comprennent bien qu’ils ne doivent pas, sous un prétexte quelconque, assombrir le rayon de
soleil qui l’éclaire.
On constate trop souvent, hélas ! Que les membres d’une même famille qui, la veille, s’étaient
tous endormis en paix, se réveillent d’humeur inégale. Les uns sont de très bonne humeur, les
autres ont tous les ennuis, ils trouvent mille difficultés dans ce foyer qui, la veille, leur avait
cependant souri. Pourquoi cette différence entre ces âmes ? C’est que les unes, de part leur
nature, ont pu monter, monter plus haut, ont pu aller puiser des forces dans des foyers où la
discorde et la tristesse n’existe pas, tandis que les autres sont restées au terre à terre et s’en
sont pénétrées.
Toutes les âmes terrestres peuvent avoir accès aux sphères de la paix : il ne suffit que de
vouloir. La famille deviendra alors supportable parce que chacun comprendra ses devoirs et
les efforts qu’il aura à faire.
Si l’enfant remplit bien ses devoirs envers sa famille, il fera un bon citoyen, un bon ouvrier et,
plus tard, un bon père. Au lieu de semer la tristesse, il aura semé la joie sur son passage. Il
pourra réconforter ses frères, parce que tout lui paraîtra facile, rien ne lui pèsera. Au milieu
des plus grandes difficultés, il se dira simplement : « Si Dieu a placé cette difficulté sur mon
chemin, c’est qu’il m’a jugé assez fort pour la vaincre ! » et, au lieu de tout prendre pour des
réparations, il se dira : « C’est pour me rendre plus fort que Dieu m’envoie cela, c’est pour me
rendre plus digne de lui »


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.