• Consultations sur RDV
  • Sans complaisance
  • A distance
  • A domicile
Accueil » Blog » Texte psychographié : honneur au travail

Texte psychographié : honneur au travail

Publié le 16 avril 2022 à 08:12

Je viens parmi vous solliciter votre bonne volonté.
Il faut faire en sorte que, par le désir du bien et les actes que vous accomplirez dans votre vie journalière, l’avenir de demain soit enrichi.
Demain sera ce que vous l’aurez fait. Si vous avez employé tous vos instants de travail au bien, à la charité de pensée, vous verrez que demain sera fertile. Vous ne devez jamais rester inactifs, vous ne devez jamais perdre un instant. Par le travail, l’âme s’émancipe et prend des forces ; elle comprend que tous les jours il lui sera réclamé des efforts nouveaux.

Ce serait une honte, mes amis, de regarder l’armée de travailleurs et de rester vous-mêmes inactifs. Vous devez apporter, chaque jour, votre collaboration au travail et faire que chaque heure de votre journée soit bien remplie. Une vie oisive est désastreuse pour l’âme.
Si Dieu a donné à quelques-uns les moyens matériels, c’est pour qu’ils en fasse un bon emploi en s’oubliant eux-mêmes et en cherchant à faire le bonheur d’autrui, car c’est un prêt que Dieu leur a fait. Voilà comment vous trouverez le véritable bonheur, comment votre âme grandira, comment elle deviendra forte.
Le déshérité aujourd’hui a été votre frère hier, et si vous ne lui venez pas en aide en le secourant de tout cœur, en l’encourageant au bien, à l’effort ; en un mot, si vous lui refusez votre appui, les ennuis et le remords seront votre partage à votre départ de la Terre, et vous récolterez ce que vous aurez semé.
Il est si simple, mes amis, de faire le bien dans toutes les classes de la société. Il est si facile d’employer toutes les heures dont on dispose et de venir en aide à ceux qui souffrent. Il serait tant utile que toute l’humanité se mette au travail et que chacun se dise : « Je dois fournir une somme de travail sans qu’on me l’impose ». Alors l’harmonie serait partout parce que chacun occuperait bien son temps, et lorsque le repas réunirait tous les membres de la famille, ce ne serait que pour dire : « Aujourd’hui, j’ai fait mieux qu’hier ; j’ai mieux perfectionné mon travail, j’ai mieux compris ; demain m’apportera des connaissances nouvelles et je pourrai collaborer davantage au grand effort de l’humanité ». Du reste, mes amis, remarquez que lorsque vous accomplissez un travail de mauvaise grâce, il est mal fait.
Pourquoi ? Parce que vous avez négligé l’attention que l’on doit apporter à tout travail pour le perfectionner. Si vous aviez été plus attentifs à votre travail, vous profiteriez, à l’heure actuelle, de découvertes qui vous faciliteraient et vous donneraient beaucoup plus de temps pour développer vos facultés morales.


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.