• Consultations sur RDV
  • Sans complaisance
  • A distance
  • A domicile
Accueil » Blog » Le monde invisible

Le monde invisible

Publié le 5 décembre 2021 à 09:52

La certitude d’un monde invisible à mes yeux et de ces interventions quantitativement et qualitativement remontent à la plus haute antiquité. Les livres saints témoignent sur l’existence et le rôle des entités peuplant ce monde hors de nos perceptions naturelles ou psychiques. . Il va sans dire que les abus et les déviations d’ordre bassement matériel allaient bon train dans le contexte des évocations à outrance et vénales des médiums peu scrupuleux comme de nos jours.

. Les Esprits bons ou mauvais se sont toujours manifestés dans les actes de la vie humaine. « Dieu a fait les Esprits ses ambassadeurs » dit le Psalmiste.

 

La spiritualité possède les bases fondamentales de toutes les religions : Dieu, l’âme et la vie future. Le grand mérite de la codification résultant des travaux d’Allan Kardec c’est d’avoir prouvé que les questions les plus mystérieuses qui se rapportent au problème de notre existence sont éclaircies et rendues compréhensibles de par l’expérimentation de toutes les formes de médiumnités permettant des contacts avec le monde invisible.

 

: La révélation du monde des Esprits, nous apprend qu’on est en présence d’intelligences qui ont leur liberté, et nous prouvent à chaque instant qu’elles ne sont soumises à aucun des caprices des hommes : aussi, disons-nous, que quiconque se flatterait  de les obtenir à volonté ne peut-être qu’un ignorant ou un imposteur.

 

Il y a même quelque chose d’illogique à supposer que les Esprits viennent faire la parade ou se soumettre à l’investigation comme des objets de curiosité. Les manifestations du monde invisible peuvent donc ou faire défaut lorsqu’on en aurait besoin, ou se présenter dans un tout autre ordre que celui qu’on désire. On connaît l’aversion des Esprits évolués pour tout ce qui touche à la curiosité et l’égoïsme, le peu de cas qu’ils font des choses matérielles et l’on voudrait qu’ils aidassent à trafiquer de leur présence ! Il faudrait bien peu connaître la nature du monde spirituel pour croire qu’il en peut être ainsi.

C’est l’importante et magistrale distinction qu’il fait entre le sens des mots : INVOQUER et EVOQUER. Ces deux mots ne sont pas synonymes quoique ayant la même racine. INVOQUER signifie appeler dans soi ou à son secours une puissance supérieure ou surnaturelle. On invoque Dieu, le Christ par la pensée. Dans l’invocation l’être auquel on s’adresse vous entend, libre à lui de donner suite à cet appel. EVOQUER, c’est faire sortir du lieu où se trouve un Esprit pour venir à vous et manifester sa présence. Dans l’évocation l’être auquel on s’adresse, peut en raison de sa situation dans l’au-delà être perturbé gravement, ou occupé à des tâches qui lui seront utiles pour son évolution, et ses futures incarnations. En tout état de cause, il ne pourra se déplacer qu’en raison des lois qui régissent le monde des Esprits, c’est-à-dire la loi divine. Ces deux définitions mises en exergue sont fondamentales dans la saine pratique avec le monde spirituel.

 

C’est ainsi que si l’on assiste à une véritable communication spirite, nous entendons au commencement cette prière : « Nous prions le seigneur Dieu tout puissant de nous envoyer de bons Esprits pour nous assister… » C’est une invocation, elle ne s’adresse pas à un esprit particulier, mais à Dieu qui dans sa souveraineté absolue juste et miséricordieuse désignera les Esprits devant intervenir au cours de la réunion qui doit toujours conserver un caractère sacré. Nous avons donc essayé d’expliquer le Comment des interventions de l’au-delà invisible, j’ai donc à présent la tâche d’éclaircir la question du Pourquoi que je me suis posé lorsque j’ai voulu savoir et comprendre la finalité du passage terrestre qui nous concerne tous sans exception. Le passage terrestre relève d’une philosophie pratique et d’une psychologie spirituelle. Ce qui a égaré beaucoup de philosophes, c’est de n’avoir considéré l’homme que sous un seul rapport, tandis que pour le connaître, il faut le considérer sous quatre rapports. Par ses lois physiques, il tient au règne animal ; par ses lois sociales, il tient à ses semblables ; par ses lois de destinée, il tient aux êtres de classes supérieures, et par sa loi de l’infini, il tient à la divinité. Saint Paul disait : « Examinez toute chose et ne retenez que ce qui est bon. » Or, qu’est-ce qui est bon pour l’homme, sinon la certitude d’être un jour heureux et rassuré sur son éternel devenir. 

 

En clair, l’objet des interventions du monde invisible n’a d’autre objectif que l’amélioration des hommes, en démontrant qu’il existe une énergie infinie, éternelle, qui vivifie le monde et qu’on appelle Dieu dans notre culture occidental et dans les religions monothéistes. Ce qui, dans l’homme, détermine la conscience ou l’Esprit éveillé à la vie, c’est l’étincelle divine originelle de l’embryon psychique qui va se développer dans l’effusion de l’énergie éternelle incréée, intelligente, omnipotente et omnisciente. La révélation des Esprits démontre que tous les hommes ont la même origine et sont donc frères, et dès lors solidaires comme les cellules d’un même organe. En conséquence, tout ce qui tend à contrarier la solidarité est négative. Tout ce qui contribue à son développement va dans le sens de l’évolution individuelle et par suite est lié à l’évolution de notre humanité. « Votre terre, disent-ils, n’est pas une planète évoluée ; c’est un monde de transition, une espèce de purgatoire au sens catholique du mot ». Les messages des Esprits supérieurs confirment tous, sur ce fait essentiel, que nul ne peut conquérir son salut s’il ne travaille au salut de ses frères en raison de ses moyens, à savoir : « Ce que nous sommes aujourd’hui nous le récolterons demain. ». Si les Esprits qui ont révélé cette doctrine se fussent manifestés à un seul homme, rien n’en garantirait l’origine, car il faudrait croire sur parole celui qui dirait avoir reçu leur enseignement : ce dernier, au bout du compte, ne parviendrait jamais à rallier tout le monde. La Divinité a voulu que la nouvelle révélation arrivât aux hommes par une voie plus rapide et plus authentique, c’est pourquoi il a chargé les Esprits d’aller la porter d’un pôle à l’autre, en se manifestant partout, sans donner à personne le privilège exclusif d’entendre leur parole. Un homme peut-être abusé, peut s’abuser lui-même ; il n’en saurait être ainsi, quand des millions voient et entendent la même chose : c’est une garantie pour chacun et pour tous. D’ailleurs, on peut faire disparaître un homme, on ne fait pas disparaître des masses ; ou peut brûler les livres, mais on ne peut brûler les Esprits : or brûlerait-on tous les livres, la source de la doctrine spirite n'en serait pas moins intarissable, par cela même qu’elle n’émane pas de la terre, qu’elle surgit de partout, et que chacun peut y puiser.

 

A défaut des hommes pour la défendre, il y aura toujours des Esprits qui atteignent tout le monde et que personne ne peut atteindre. Ce sont donc les Esprits eux-mêmes qui font la propagande et nous révèlent l’au-delà, à l’aide des innombrables médiums dignes de ce nom et qui ne font pas commerce de leurs facultés. 

 

Le vrai spirite proclame la liberté de conscience, le droit du libre examen en matière de foi. Il combat néanmoins le principe de la foi aveugle imposant à l’homme l’abdication de son libre-arbitre et de son propre jugement. Il dit : « Dieu, l’âme et la vie future ; mais ce n’est pas une religion constituée attendu qu’il n’a ni temple, ni culte, ni rite et que parmi ses adeptes aucun n’a reçu le titre de prêtre ou de grand prêtre.

On est spirite par cela seul qu’on sympathise avec les principes de l’enseignement des Esprits, comme un autre à le droit d’être Juif, Catholique, Bouddhiste, Musulman, Déiste ou matérialiste. Conséquemment à ses principes, il n’impose rien à personne, dès lors il s’accepte librement ou par conviction, ce qui le distingue nettement des sectes dont on parle abondamment à notre époque. Il ne fait donc aucun prosélytisme. Il ne cherche à détourner personne de ses convictions religieuses ; il ne s’adresse pas à ceux qui ont une foi, et à qui cette foi suffit, mais à ceux qui, n’étant pas satisfaits de ce qu’on leur a donné cherchent quelque chose de mieux. »

 

Le Spirite dévoile qu’ils sont à nos côtés, nous entendent. Par des moyens spirituels, ils nous intuitionnent en nous sans que l’on comprenne de prime abord. Comment cela se peut-il ? Cependant beaucoup se rendent compte que ces idées, ces pensées parviennent du monde des Esprits afin de résoudre nos problèmes existentiels ou affectifs. Nos douleurs quelles qu’elles soient affectent les Esprits, car ils sont sensibles au souvenir et aux regrets de ceux qu'ils ont aimés, néanmoins une douleur excessive, un manque de foi en l’avenir et de confiance en Dieu est par conséquent pour eux un obstacle à l’avancement et, aussi un obstacle à la communication. Les Esprits conscients de leur état sont plus heureux que sur terre, regretter pour eux la vie, c’est regretter qu’ils soient heureux. 

 

Pour clore le sujet, permettez-moi de vous donner ce poème obtenu par psychographie émanant d’un Esprit de lumière se faisant appeler le messager.

ESPOIR A l’heure où tout repose, où la nature entière Sommeille doucement, Où l’astre de la nuit de sa pâle lumière Eclaire chastement Le bois silencieux, et que le vent murmure A travers les buissons Souffle léger qui passe et fait dans la ramure Courir de longs frissons. A cette heure d’amour où l’âme est oppressée D’un vague souvenir Ne vous est-il jamais venu cette pensée Qu’on ne pouvait mourir ? Et votre cœur bercé d’une douce chimère N’a-t-il pas écouté : Une voix qui venait à l’âme prisonnière Parler de liberté ? Oh ! Laisser la parler la sublime harmonie Des splendeurs d’un beau soir ; Ecoutez cette voix, c’est une voix amie Qui vient vous dire : ESPOIR !

 


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.