• Consultations sur RDV
  • Sans complaisance
  • A distance
  • A domicile
Accueil » Blog » Qui suis-je :se connaître, apprendre, se reconnaître

Qui suis-je :se connaître, apprendre, se reconnaître

Publié le 21 octobre 2021 à 10:03

Qui suis-je ?

 Lorsque nous observons les autres, nous constatons que tout le monde est différent. Notre corps physique dévoile ce que nous sommes : un homme, une femme, un enfant. Les sillons que la vie a imprimés sur le visage révèlent approximativement l’âge. L’image du corps marque les traumatismes physiques. Les infirmités expriment les souffrances. Si nous communiquons verbalement avec cette personne, son langage, ses mots exposent ses origines, son éducation… Tous ces éléments et bien d’autres, nous permettent de parler et de reconnaître une personne simplement en l’observant. Ils mettent également en évidence que physiquement, hormis les vrais jumeaux (monozygotes), nous sommes des êtres uniques. Cet être unique créé par Dieu n’est pas simplement constitué d’un corps organique.

 

« Nous ne sommes pas uniquement l’image que nous renvoyons aux autres. »

 

 Dépassons les apparences et les messages que nous renvoie notre corps physique. Et essayons de comprendre maintenant qui nous sommes spirituellement. Nous ne sommes pas uniquement l’image que nous renvoyons aux autres. Au delà de l’aspect physique, grossier, matériel et périssable, nous avons un corps spirituel. Ce corps spirituel et semi-matériel, est également appelé « périsprit ». Cette enveloppe fluidique a une double importance. Lorsque l’Esprit se trouve dans le monde spirituel, elle lui sert de corps. Lors de l’incarnation, elle crée le lien entre l’âme et le corps physique. Nous retrouvons cette trinité : le corps physique, le corps spirituel et l’âme ou l’Esprit chez tous les êtres humains.

 

 

« Nous en sommes responsables »

 

Même si le créateur nous a permis d’être dans ce corps, celui-ci ne nous appartient pas, il nous est en quelque sorte prêté. Il mérite donc toute notre attention et tout notre respect. C’est un véhicule adapté à notre monde terrestre et au chemin de vie de l’Esprit qui l’occupe. Et lorsque l’Esprit sera au terme de son existence, il le laissera tout comme nous pouvons laisser un vieux vêtement. Ce corps, nous en sommes responsables. Notre devoir et nos obligations envers Dieu sont de l’entretenir et d’en prendre soin. Il est l’instrument qui va permettre à l’esprit de vivre des expériences sur le plan terrestre, de racheter ses fautes et de progresser en développant des valeurs morales et spirituelles. Il doit mener l’Esprit au bout de son incarnation.. Je dois donc sans narcissisme, m’aimer et me respecter, mais mon respect et mon amour doivent s’étendre aussi à l’autre. Car tout comme moi, il est un Esprit incarné avec ses qualités et ses défauts. Et même, s’il est physiquement différent, s’il a une culture différente, une couleur différente ou un langage différent, tout comme la famille qui m’a accueilli, il a le droit à mon respect.

 

« Notre santé mentale qui est indispensable pour l’Esprit »

 

Se respecter, c’est se responsabiliser et se prendre en charge. Il ne suffira pas d’avoir une vie équilibrée nécessaire à la santé du corps, comme l’hygiène alimentaire, l’hygiène corporelle, ou une tenue vestimentaire correcte… Au-delà de la santé physique, il faudra veiller à notre santé mentale qui est indispensable pour l’esprit. Il faut avoir des pensées et des sentiments positifs, avoir des lectures et des conversations correctes, développer des attitudes charitables et adoucir notre cœur avec l’amour.

 

Nous sommes là, incarnés sur terre, pour réparer, vivre des épreuves, se remettre en question et corriger nos défauts tels que l’orgueil, la colère, l’égoïsme, la jalousie, la méchanceté, la vengeance… en développant nos qualités comme l’amour, la tolérance, le pardon, la bienveillance, la compassion, la charité et ainsi progresser. Il est indispensable pour accomplir au mieux cette incarnation terrestre, de prendre conscience que l’évolution est le fruit de l’effort continu, du travail et de la persévérance ; et de retenir que nous sommes tous les enfants de notre Père céleste.

 


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.