• Consultations sur RDV
  • Sans complaisance
  • A distance
  • A domicile
Accueil » Blog » De la difficulté à communiquer avec les défunts

De la difficulté à communiquer avec les défunts

Publié le 23 septembre 2021 à 11:40

Une des premières raisons qui déterminent certaines personnes à s’adresser à un médium reste l’envie d’avoir des nouvelles de ses proches, dont la mort les a séparé. Cette séparation peut être vécue comme un drame et le deuil ne peut se faire.

 

Comment les douleurs inconsolables des survivants affectent-elles les Esprits qui en sont l'objet ?

Et la réponse des Esprits est la suivante : « L'Esprit est sensible au souvenir et aux regrets de ceux qu'il a aimés, mais une douleur incessante et déraisonnable l'affecte péniblement, parce qu'il voit, dans cette douleur excessive, un manque de foi en l'avenir et de confiance en Dieu, et par conséquent un obstacle à l'avancement et peut-être à la réunion. »

 

L'Esprit étant plus heureux que sur terre, regretter pour lui la vie, c'est regretter qu'il soit heureux. Deux amis sont prisonniers et enfermés dans le même cachot ; tous les deux doivent avoir un jour leur liberté, mais l'un d'eux l'obtient avant l'autre. Serait-il charitable à celui qui reste d'être fâché que son ami soit délivré avant lui ? N'y aurait-il pas plus d'égoïsme que d'affection de sa part à vouloir qu'il partage sa captivité et ses souffrances aussi longtemps que lui ? Il en est de même de deux êtres qui s'aiment sur la terre ; celui qui part le premier est le premier délivré, et nous devons l'en féliciter, en attendant avec patience le moment où nous le serons à notre tour.

 

Vous avez un ami qui, auprès de vous, est dans une situation très pénible ; sa santé ou son intérêt exige qu'il aille dans un autre pays où il sera mieux sous tous les rapports. Il ne sera plus auprès de vous momentanément, mais vous serez toujours en correspondance avec lui : la séparation ne sera que matérielle. Serez-vous fâché de son éloignement, puisque c'est pour son bien ?

 

Le côté spirite, par les preuves patentes qu'elle donne de la vie future, de la présence autour de nous de ceux que nous avons aimés, de la continuité de leur affection et de leur sollicitude, par les relations qu'elle nous met à même d'entretenir avec eux, nous offre une suprême consolation dans une des causes les plus légitimes de douleur. Avec le spiritisme, plus de solitude, plus d'abandon ; l'homme le plus isolé a toujours des amis près de lui, avec lesquels il peut s'entretenir.

Nous supportons impatiemment les tribulations de la vie ; elles nous paraissent si intolérables que nous ne comprenons pas que nous les puissions endurer ; et pourtant, si nous les avons supportées avec courage, si nous avons su imposer silence à nos murmures, nous nous en féliciterons quand nous serons hors de cette prison terrestre, comme le patient qui souffre se félicite, quand il est guéri, de s'être résigné à un traitement douloureux.

 

Je concluerais par ces mots : Seule la patience et la compréhension de ce monde spirituel pourra au fil du temps appréhender avec plus de justesse ces séparations avec nos proches et l’instruction reste un des moyens les plus accessibles dans ce domaine.

 


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.