• Consultations sur RDV
  • Sans complaisance
  • A distance
  • A domicile
Accueil » Blog » Psychisme et inconscient

Psychisme et inconscient

Publié le 21 septembre 2021 à 13:47

 

Tout d'abord nous allons voir les définitions
Le conscient :
C'est le souvenir du quotidien, l'archive de l'immédiat], où nous allons chercher à chaque instant toute la mémoire utile, parmi la masse de connaissances acquises et que nous devons mettre en jeux journellement pour notre vie.
Le subconscient :
C'est l'archive des souvenirs médiant, qui ne sont pas utilisés au quotidien. Nous gardons, gravé, l'image de tout ce qui nous est arrivé durant la période vécue.
Cette mémoire est souvent tellement profonde qu'il devient difficile de la remémorer.
Lorsque le subconscient est stimulé, il répond toujours de façon satisfaisante, faisant ressortir et nous révélant les souvenirs passés avec beaucoup de précision.
L'inconscient :
Il est appelé aussi par certains psychanalystes, souvenir de l'inconnu.
Selon Freud et par la suite Karl Gustav Jung (psychiatre Suisse), l'inconscient est défini comme "l'archive des souvenirs que nous n'arrivons pas à savoir comment nous avons pu arriver à les connaître. C'est l'archive de ce qui n'a pas été ou qui aurait été archivé".
Alors que les définitions données au conscient et au subconscient sont logiques, puisqu'elles se rapportent à la mémoire de notre vie actuelle, celle donnée à l'inconscient est par contre plus difficile à comprendre.
Ce fut Sigmund Freud, médecin allemand, qui étudia en premier l'âme humaine ; il la divisa en trois tiroirs distincts :
- le conscient
- le subconscient
- l'inconscient.
Ces trois tiroirs sont les archives indubitables de notre mémoire avec leurs propres caractéristiques.
Bien que Freud n'accepte pas le principe spiritualiste de l'existence de l'âme, indépendante du corps et comme cause unique de la vie et de la personnalité de chacun, les définitions qu'il a données pour ces archives de nos souvenirs, s'emboîtent, comme un gant sur ce que Allan Kardec nous présente dans la doctrine spirite, et si l’on considère la réincarnation avec nos vies antérieures et le périsprit comme corps intermédiaire entre l’Esprit eternel et le corps physique et en tant qu’archive de tout notre vécu antérieur et actuel, comme nous allons le voir dans la suite.
+ Tout d'abord nous allons voir les définitions données par Freud pour ces archives :
Le conscient :
C'est le souvenir du quotidien, l'archive de l'immédiat[1], où nous allons chercher à chaque instant toute la mémoire utile, parmi la masse de connaissances acquises et que nous devons mettre en jeux journellement pour notre vie.
Le subconscient :
C'est l'archive des souvenirs médiats[2], qui ne sont pas utilisés au quotidien. Nous gardons, gravé, l'image de tout ce qui nous est arrivé durant la période vécue.
Cette mémoire est souvent tellement profonde qu'il devient difficile de la remémorer.
Lorsque le subconscient est stimulé, il répond toujours de façon satisfaisante, faisant ressortir et nous révélant les souvenirs passés avec beaucoup de précision.
L'inconscient :
Il est appelé aussi par certains psychanalystes, souvenir de l'inconnu.
Selon Freud et par la suite Karl Gustav Jung (psychiatre Suisse), l'inconscient est défini comme "l'archive des souvenirs que nous n'arrivons pas à savoir comment nous avons pu arriver à les connaître. C'est l'archive de ce qui n'a pas été ou qui aurait été archivé".
Alors que les définitions données au conscient et au subconscient sont logiques, puisqu'elles se rapportent à la mémoire de notre vie actuelle, celle donnée à l'inconscient est par contre plus difficile à comprendre.
Plus logiquement :
L'inconscient :
C'est l'archive des souvenirs des vies passées. Ce concept est valable bien sûr pour les réincarnationistes.
L'Esprit en s'incarnant met en jeux une "partie[3]" de son champ spirituel, celui qui correspond aux nécessités structurelles du corps physique, de ses conditions de vie, ce qui donne l'apparence physique de chaque formation somatique (corps physique).
L'Esprit modèle le corps, bien sûr, dans le cadre des conditions génétiques des parents, qu'il a choisi en accord avec certaines nécessités génétiques de race, de couleur, et de caractéristiques physiques.
L'Esprit incarné est l'âme, qui peut être considérée comme une "partie" de l'Esprit qui s'incarne dans le corps.
Ceci se comprend si nous considérons par exemple le sexe, l'Esprit peut s'incarner aussi bien homme que femme, ces deux dispositions sont dans notre Esprit, et à l'incarnation, il met en jeux seulement ce qui est nécessaire pour le sexe qu'il doit avoir dans cette incarnation.
L'homosexualité, pour poursuivre dans l'exemple choisi, est une anomalie qui peut s'expliquer par le fait que l'Esprit n'a pas pu isoler la partie sexuelle étrangère à celle du corps incarné. Même si cette disposition semble ne pas faire partie de l'être incarné, cette partie spirituelle est obligatoirement attachée à l'Esprit y faisant partie intégrante.
L'inconscient serait cette partie spirituelle qui n'est pas exprimée par le corps physique, c'est pour quoi elle est difficile d'accès à la pleine conscience.
Pour que cela arrive, pour que nous puissions accéder à cette archive, il faut rompre le "sceau de la censure" (l'oubli temporaire dans la chair) qui sépare la mémoire présente de la mémoire latente, où se trouverait toute la masse de souvenir des vies passées.
La régression de mémoire, aux travers des trances conditionnées (hypnotisme par exemple), serait une façon de rompre l'alvéole séparatrice, ce qui permettrait au "percipient[4]" de consulter ces archives et revivre les scènes des autres vies passées.
Le phénomène continue d'être animique ou psychique, parce que dans ce cas, il n'est pas nécessaire que le sensitif soit médium, ni qu'il mette en jeux l'interférence directe d'Esprits étrangers désincarnés.
Il s'agit d'une consultation individuelle du propre conscient actif à un inconscient caché, lié à la vie par les liens du périsprit au corps physique.
L’être vivant est constitué de plusieurs corps plus ou moins matériels qui s’interpénètrent et sont liés intimement entre eux. Ils interagissent l'un sur l'autre en transférant des informations sous forme de vibrations.
Il peut être divisé en quatre éléments distincts :
1- Un principe spirituel individualisé que l’on appelle la monade dans les êtres inférieurs, et l’Esprit dans l’être humain. C’est lui qui commande et dirige les autres corps pour sa propre évolution.
2- Un corps spirituel (périsprit - psychosoma), construit par l’Esprit au travers duquel le principe intelligent s’exprime.
3- Une forme de fluide universel qui relie le corps spirituel au corps physique que l’on appelle le fluide vital ou corps vital.
4- Le corps physique constitué de la matière de notre plan de vie matériel.
 
En périphérie nous avons le corps physique et le corps vital qui conditionnent la vie cellulaire.
Plus intérieurement nous avons le périsprit - corps spirituel - qui conditionne notre psychisme et qui accompagne l'Esprit après la désincarnation.
C'est à ce niveau que sont situées les archives de la mémoire :
· de notre incarnation actuelle : le conscient (souvenirs immédiats, utiles pour notre vie quotidienne) et le subconscient (souvenirs médiats, qui ne sont pas utilisés pour notre vie quotidienne),
· de nos incarnations antérieures : l'inconscient (souvenirs cachés, qui ne sont pas exprimés dans notre vie actuelle).
 
 
 

 


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.