• Consultations sur RDV
  • Sans complaisance
  • A distance
  • A domicile
Accueil » Blog » Vision spirite des catastrophes naturelles

Vision spirite des catastrophes naturelles

Publié le 29 août 2021 à 10:03

 Plusieurs fois, nous avons parlé de fin du monde, mais en réalité, s’il n’y a vraiment de fin du monde. Si elle arrivait, la cause se trouverait dans l’ambition ou la haine des hommes mais elle ne peut être d’ordre divin. Regardons le problème de l’armement. Les armements sont de plus en plus spécialisés pour amener à la mort des millions de personnes. L’humanité ne peut pas parler de fin du monde, parce que, quelle que soit la plus tragique transformation du monde, si elle survient, ce sera toujours par la faute de l’humanité et non par la volonté de Dieu. Maintenant, nous sommes à la fin d’un millénaire et le deuxième millénaire de la vie chrétienne arrive. Ce premier a été marqué par des guerres, presque constamment. La première a duré 195 ans, au cours de laquelle les hommes se sont exterminés les uns les autres, créant des difficultés karmiques pour toute l’humanité. Les guerres des Croisades furent très longues. Pendant une période de presque 200 ans, d’à peu près 1098 jusqu’à environ 1229, des luttes terribles ont eu lieu entre des chrétiens et des non-chrétiens. Elles furent aussi cruelles que celles d’aujourd’hui où l’intelligence humaine a perfectionné le processus d’extermination. Entre le 14ème et le 15ème siècle, d’autres luttes et ce ne sont pas des jeux d’enfants. La créature humaine hérite d’un karma très douloureux, parce que tout ce que nous semons, nous devons le récolter. Ainsi, à la fin de ce siècle, nous récoltons ce que nous avons semé depuis quasiment le début de la création.
Maintenant, nous voyons, à Genève, de hauts fonctionnaires d’Etats, s’unir et s’entendre sur le fait que nous ne devons pas déclencher de guerre nucléaire, parce qu’il n’y aura pas de vainqueur. Grâce à la bénédiction de notre Seigneur Jésus-Christ pour retenir la furie de la haine entre les nations et pour soulager la souffrance, des institutions reconnues sont créées par ces mêmes hommes, pour maintenir la paix.
Mais, tout indique que si nous ne travaillons pas collectivement, avec tous les moyens à notre disposition, une nouvelle catastrophe peut nous frapper. Si nous n’arrivons pas à nous libérer de nos dettes, en cherchant à promouvoir le principe de la coexistence pacifique, en tout lieu et dans tous les cœurs, des difficultés peuvent surgir. Si nous parvenons à vivre le message de notre Seigneur Jésus-Christ, sans ségrégation, sans dogme, sans hégémonie, sans interprétation d’un point de vue religieux, nous pourrons alors porter à l’avant ce fameux drapeau qu’il nous a donné quand il a déclaré : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ». Il n’a pas attendu notre amour et Il n’attend pas notre amour. Il nous aime et c’est pour cela qu’Il ne nous abandonne pas. Après toute la tragédie du Calvaire, quand Il revint partager des moments conviviaux avec Ses compagnons, il a dit : « Je serai avec vous jusqu’à la fin des siècles. » Il ne se plaint pas. Il ne se lamente pas. Il ne blâme personne. Il n’y a pas d’écrits, dans l’Evangile, qui disent qu’Il est revenu pour se plaindre. Jésus n’a blâmé aucun de Ses compagnons malgré leur désertion. Il a simplement dit : « Je serai avec vous jusqu’à la fin des siècles. »

 

 


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.